GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Belgique: la brasserie de bière Cantillon à l'arrêt à cause du climat

    media

    À Bruxelles, un brasseur usant de méthodes artisanales a été forcé cette semaine d’interrompre sa production de bière pour cause de températures trop élevées. Producteur de lambic depuis 1900, la brasserie Cantillon se désespère de pouvoir enfin commencer véritablement sa saison de production. Elle ne dure que cinq mois, deux de moins qu’il y a cent ans. L’Institut royal météorologique de Belgique annonce des records de chaleur après une vague de froid en octobre. Avec le lambic, on fabrique la gueuze mais aussi la kriek, à base de cerise.

    Avec notre correspondant à Bruxelles,  Pierre Benazet

    Avec l’Orval, qui vient de la Lorraine belge, le lambic est une des rares bières à se décliner au masculin. Mais ce n’est pas sa seule particularité. Selon les méthodes artisanales ou traditionnelles, le lambic doit naître de la fermentation spontanée.

    Au lieu de se voir ajouter de la levure comme pour les autres bières, le moût de lambic est déversé dans d’immenses bacs de refroidissement très peu profonds. Le moût doit passer là une nuit à l’air libre pour être ensemencé par des bactéries et des levures propres à la région du sud-ouest de Bruxelles, comme à Anderlecht où est installée la brasserie Cantillon.

    Pour que cette fermentation spontanée se produise, la température doit être en dessous de 8° C. Or, l’Institut royal météorologique annonce encore 15° pour la nuit de vendredi à samedi. Si l’hiver belge devait devenir de plus en plus court, il pourrait donc y avoir une relative pénurie de gueuze lambic et de kriek.

    Mais peut-être cette terrifiante perspective poussera-t-elle les régions belges à se mettre enfin d’accord sur la répartition entre elles des efforts de lutte contre le changement climatique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.