GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L’Allemagne aurait «systématiquement espionné» ses alliés

    media L'entrée du siège des services secrets allemands à Pullach. AFP PHOTO / DPA / STEPHAN JANSEN

    De nouvelles révélations du magazine Der Spiegel dévoilent l’étendue des actions des services secrets allemands qui auraient procédé à un espionnage « systématique » des pays alliés. La France, les Etats-Unis, l’Union européenne, l’ONU ainsi que diverses organisations dans le monde entier seraient concernées.

    On savait déjà depuis quelques mois que les services secrets allemands avaient espionné des pays amis pour leur propre compte et pour celui des Etats-Unis. Les nouvelles révélations faites par le magazine Der Spiegel dans son édition du samedi 7 novembre montrent l'ampleur de ces pratiques.

    Les ambassades de la France, de la Grande-Bretagne, de l'Autriche et même des Etats-Unis font partie des cibles du BND, auxquelles il faut ajouter des institutions telles que l'Union européenne à Bruxelles, les Nations unies à New York, ou encore le ministère des Finances américain.

    Pour ce qui est du mode opératoire, le magazine allemand explique qu'il s'agissait notamment de « sélecteurs » issus des délégations, comme des mots-clés, des noms, numéros de téléphone ou de fax.

    Der Spiegel rappelle toutefois que les représentations diplomatiques ne sont pas concernées par l'article 10 de la loi fondamentale allemande, qui protège les citoyens allemands contre l'espionnage.

    Ces révélations sont d'autant plus embarrassantes qu'à l'automne 2013, lorsqu'on avait appris que les services secrets américains avaient mis sur écoutes, entre autres, le téléphone portable d'Angela Merkel, la chancelière, très fâchée, s'était exclamée : « L'espionnage entre amis, cela ne va pas du tout ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.