GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La vieille «milice» ukrainienne devient officiellement la «police»

    media Le président ukrainien Petro Porochenko avait pris la pause avec les premiers officiers de la nouvelle police lors d'une cérémonie officielle le 4 juillet dernier à Kiev. AFP PHOTO/ SERGEI SUPINSKY

    Ce samedi 7 novembre, l'Ukraine dit officiellement adieu à sa « milice », le nom des forces de l'ordre hérité de l'époque soviétique. La milice devient la police. Le symbole vise à souligner l'occidentalisation du pays. Mais au-delà du nom, les réformes structurelles sont encore à la peine.

    Avec notre correspondant à Kiev,  Sébastien Gobert

    Le changement le plus visible, ce seront des uniformes fringants, au lieu des vieilles combinaisons délavées de miliciens auxquelles les Ukrainiens étaient habitués.

    Pour le reste, il faudra attendre. Le passage de la milice à la police va prendre du temps : 152 000 miliciens ont quelques jours pour déclarer s'ils veulent continuer à travailler comme policiers, auquel cas ils doivent passer des concours de ré-admission dans la fonction publique. Pour l'heure, l'Ukraine ne compte que moins de 7 000 policiers sélectionnés selon cette procédure.

    Des officiers de la «militsiya» ukrainienne photographiés dans leurs uniformes de l'époque à Kiev en 2010. Wikimedia Commons / Gnesener1900

    Le changement est très populaire auprès des Ukrainiens, lassés d'une incompétence chronique et d'une corruption endémique des forces de l'ordre.

    Il est soutenu financièrement par les Occidentaux et les Japonais, à hauteur de 130 millions d'euros. Ces derniers sont néanmoins très critiques vis-à-vis du manque de changement en profondeur du système.

    Les organes des forces anti-émeutes ou des services secrets n'ont pas été réformés depuis des années. Il en va de même pour la justice et ses pratiques de clientélisme et de corruption. Des anachronismes très résistants, qui pourraient bien réduire à néant les efforts des nouveaux policiers dans leurs beaux uniformes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.