GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    UE: 800 000 entrées illégales depuis le début de l'année selon Frontex

    media Frontex dit avoir recensé 800 000 entrées illégales dans l'Union européenne depuis le début de l'année. REUTERS/Srdjan Zivulovic

    Les 28 ministres de l'Intérieur de l'Union européenne se retrouvent ce lundi 9 novembre à Bruxelles. Encore une fois, la crise migratoire sera au cœur des discussions. Car les Vingt-Huit constatent une détérioration de la situation sur le terrain. Mais pas question pour autant de changer de politique.

    Les Européens le reconnaissent : la situation est de plus en plus critique. Mais le changement n'est pas, à leurs yeux, une solution. Il faut au contraire « renforcer et rendre opérationnelle la réponse apportée par l'Union ». Le plan de relocalisation de 160 000 réfugiés adopté, deux questions restent en suspens, estimait vendredi le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur BFM TV :

    « Je pense que Frontex doit être en situation d’avoir les moyens d’assurer le contrôle des frontières extérieures de l’Union européenne. La deuxième chose que je crois urgente, c’est de rehausser significativement les moyens des ONG et du HCR pour assurer un niveau d’aide humanitaire dans les camps au Liban, en Jordanie et en Turquie qui permette de maîtriser la situation migratoire. »

    Pour renforcer le contrôle des frontières extérieures de l'Union, l'une des pistes étudiées est de doter Frontex d'un corps européen de gardes-frontières. Mais le contrôle des frontières relève de la souveraineté des Etats et les pays d'entrée ne veulent pas en être départis.

    Quant au soutien financier aux pays voisins de la Syrie pour ralentir le rythme de départ des réfugiés, la proposition faite par l'UE à la Turquie avait été accueillie froidement par le président Erdogan. Le chef de l'Etat turc estimait que l'enveloppe d'1,1 milliard d'euros devait être augmentée.

    Frontex dit avoir recensé 800 000 entrées illégales dans l'Union européenne depuis le début de l'année. Et la pression ne devrait pas cesser au cours de l'hiver, saison pourtant moins propice aux traversées de la mer Méditerranée. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés s'attend à ce que 5 000 personnes arrivent encore chaque jour sur les côtes européennes.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.