GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Février
Vendredi 17 Février
Samedi 18 Février
Dimanche 19 Février
Aujourd'hui
Mardi 21 Février
Mercredi 22 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Présidentielle: François Bayrou fera «une déclaration à la presse» mercredi à Paris (annonce à l'AFP)
    • Wolfgang Schäuble affirme que les créanciers de la Grèce sont parvenus à une «position commune»
    • La visite en Algérie de la chancelière allemande Angela Merkel prévue ce lundi a été annulée
    • France: policier municipal accusé de violences à Drancy, la justice demande que les faits soient requalifiés en viol
    • Libye: des tirs contre un convoi du Premier ministre Sarraj, pas de blessé (gouvernement)
    • Syrie: quatre militaires russes tués le 16 février dans l'explosion d'une mine au passage de leur convoi en route pour Homs (autorités)
    Europe

    Portugal: la gauche s'allie pour faire chuter le gouvernement

    media Le socialiste Antonio Costa a obtenu le soutien du Parti communiste pour son projet d'union de la gauche. REUTERS/Rafael Marchante

    Au Portugal, socialistes, communistes et extrême gauche s’allient pour faire tomber le gouvernement de droite, dont le programme est examiné à partir de lundi. Cette union de la gauche, inédite en 40 ans de démocratie portugaise, est qualifiée d'historique.

    Avec notre correspondante à LisbonneMarie-Line Darcy

    Le socialiste Antonio Costa attendait un soutien inconditionnel à son projet d’union de la gauche. Il a obtenu un feu vert unanime du Comité central, organe suprême du Parti communiste, pour quatre ans de législature. Une unanimité qui fait l’histoire.

    Personne en effet n’aurait pu penser un seul instant il y a un mois, au soir des législatives du 4 octobre, que Jeronimo de Sousa, le leader charismatique du PC portugais, allait prononcer les mots qui ouvrent la voie à un gouvernement de la gauche. Car s’ils sont majoritaires en nombre de sièges au Parlement, les 3 partis, le PS, le PCP associé aux Verts et le Bloc de gauche, le parti d’extrême gauche, n’en ont pas moins des positions très divergentes sur les choix politiques.

    Avec d’un côté des socialistes qui ont validé le modèle européen des déficits contrôlés, de l’autre une extrême gauche partisane d’une autre Europe ou de pas d’Europe du tout. Un mois de négociations difficiles ont permis aux trois partis d’assouplir leurs positions. Ils sont en mesure de faire chuter le gouvernement de droite de Passos Coelho, dont le programme sera débattu en session plénière à l’Assemblée mardi.

    Quatre motions seront déposées pour faire barrage à la droite. Le président de la République devra alors soit désigner Antonio Costa Premier ministre et donc donner son feu vert pour des communistes au pouvoir, soit opter pour un gouvernement de gestion. Et une stabilité de très courte durée.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.