GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Dopage: Vladimir Poutine joue l'apaisement et ordonne une enquête

    media Le président russe Vladimir Poutine lors d'une réunion sur la préparation des Jeux olympiques de Rio, à Sotchi, le 11 novembre 2015. REUTERS/Aleksey Druzhinin/RIA Novosti/Kremlin

    Vladimir Poutine est intervenu mercredi soir pour défendre son pays face aux accusations de l'agence mondiale antidopage. L'AMA accuse les autorités russes de participer à un système généralisé de dopage de ses athlètes. Les instances internationales ont donné une semaine aux Russes pour s'expliquer, faute de quoi la fédération russe d'athlétisme pourrait être suspendue pour une période incluant les Jeux olympiques de 2016. Pour le président russe, il faut tout faire pour éviter ce scénario.

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    « La Russie doit tout faire pour se débarrasser du problème du dopage », a déclaré le président russe face aux responsables des fédérations sportives qui vont participer aux Jeux olympiques de 2016. C’est ce vendredi que la Fédération internationale d’athlétisme doit décider d’une éventuelle suspension de la Russie de toute compétition.

    « Il faut effectuer sa propre enquête interne ». « Ce problème n'existe pas qu'en Russie, mais si nos collègues étrangers ont des questions, il faut y répondre pour qu'ils n'en aient plus », a ajouté Vladimir Poutine, qui a demandé aux responsables sportifs, et notamment au ministre des Sports, d'engager la « coopération la plus ouverte et la plus professionnelle avec les structures internationales antidopage ».

    Sanctions « individuelles », pas collectives

    « Si nécessaire, il faudra prendre des mesures dans nos organisations », a-t-il encore déclaré, laissant entendre que des têtes pourraient tomber. Dans un rapport publié lundi dernier, l’Agence mondiale antidopage ne s'était pas contentée d'incriminer certains athlètes russes, elle avait clairement affirmé que de telles pratiques « n'auraient pu exister » sans l'assentiment du gouvernement russe.

    Mais pour le président russe, les sanctions pour le dopage doivent être « individuelles » et non pas collectives. « Les athlètes qui ne se sont jamais dopés ne doivent pas pâtir pour ceux qui enfreignent les lois ». Une façon de rejeter la menace brandie par les instances internationales d'une interdiction de participation aux compétitions pour l'ensemble des athlètes russes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.