GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: grève générale contre les nouvelles mesures d'austérité

    media Le Premier ministre grec Alexis Tsipras lors du vote au Parlement de nouvelles mesures de rigueur réclamées par les créanciers, le 17 octobre 2015. REUTERS/Michalis Karagiannis

    Ce jeudi en Grèce, pas ou peu de transports, de services publics, ni de médias. Les hôpitaux assureront le service minimum. Le privé sera aussi de la partie avec les pharmaciens, les médecins ou les employés de banque. Cet appel à la grève est le premier depuis l'arrivée au pouvoir de la gauche radicale de Syriza en janvier dernier. Il a été lancé par les deux fédérations syndicales du privé et du public qui protestent contre l'application des nouvelles mesures d'austérité demandées par les créanciers en échange du troisième plan d'aide.

    Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

    Pour le gouvernement d'Alexis Tsipras, c'est la première grogne sociale d'ampleur. Depuis plusieurs semaines, il enchaîne le vote de mesures d'austérités. En octobre, c'étaient de nouvelles baisses des pensions, un report de l'âge légal de départ à la retraite, de nouvelles sanctions contre la fraude fiscale et une libéralisation du marché de l'énergie.

    Pour le déblocage de la première tranche d'aide de 2 milliards d'euros et la recapitalisation des banques grecques, les créanciers réclament d'autres réformes. L'une d'elles, très sensible, doit permettre saisir plus facilement les maisons principales des Grecs endettés.

    Enfin, le gouvernement doit encore durcir le régime fiscal des agriculteurs et réorganiser le système de protection sociale.

    Des mesures très impopulaires donc, alors que les retraites et les salaires des Grecs ont déjà beaucoup baissé en cinq ans.

    A la télévision publique, Olga Gerovassili, la porte-parole du gouvernement, s'est voulue compréhensive au sujet de la grève. Elle a déclaré que ce gouvernement doit mettre en place un accord avec des mesures qu'il considère lui-même comme injustes. Selon elle, les citoyens souffrent et résistent en conséquence.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.