GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Madrid suspend la résolution du Parlement catalan qui persiste

    media La Cour constitutionnelle espagnole a suspendu mercredi soir, la résolution parlementaire proclamant le début d'un processus indépendantiste en Catalogne. REUTERS/Sergio Perez

    Le bras de fer continue entre Madrid et la Catalogne. Alors que la Cour constitutionnelle a suspendu, sur demande du gouvernement central, la déclaration d'indépendance de la Catalogne, les séparatistes poursuivent leur feuille de route sans se soucier des possibles sanctions.

    Avec notre correspondante à Madrid, Diane Cambon

    Madrid a beau contre-attaquer, les Catalans séparatistes poursuivent leur route vers l'indépendance. La vice-présidente du gouvernement catalan Neus Munte a assuré que seules les décisions émanant du Parlement régional sont prises en compte.

    Autrement dit, la suspension de la déclaration d'indépendance par la Cour constitutionnelle n'a aucune valeur pour les dirigeants catalans. Ni même les possibles poursuites contre 21 membres du Parlement régional, tel que l'a sollicité le leader espagnol Mariano Rajoy à la Cour constitutionnelle.

    Parmi ces responsables figurent l'actuelle présidente du Parlement catalan, mais aussi le président sortant Artur Mas. Ils risquent une peine de prison s'ils n'obéissent pas à la demande de suspension du processus d'ici quinze jours.

    Le leader espagnol s'est félicité de la rapidité du tribunal durant un Conseil des ministres extraordinaire qui a été suivi par le roi Felipe VI, lequel pour l'instant garde profil bas. Sa Majesté a seulement déclaré qu'il s'agissait de jours compliqués.

    Avec notre action d’aujourd’hui, il s’agit de défendre clairement l’un des plus importants acquis de notre longue histoire en tant que démocratie pour assurer un avenir prometteur à notre pays.
    Mariano Rajoy, chef du gouvernement espagnol 12/11/2015 - par Sylvie Noël Écouter

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.