GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Scandale Volkswagen: l’alerte est venue d’Europe, Bruxelles dément

    media Volkswagen a avoué avoir équipé 11 millions de moteurs diesel de logiciels truqueurs dans le monde afin de dissimuler le niveau réel de rejet de NOx. REUTERS/Suzanne Plunkett

    L'hebdomadaire économique allemand Wirtschaftswoche a réussi à provoquer une confusion certaine dans les institutions européennes. Il rapporte les propos de la patronne de l'agence californienne de l'environnement. Elle révèle que le lanceur d'alerte, l'ONG environnementale ICCT, a été alertée par des fonctionnaires européens mécontents de l'inaction de la Commission européenne. Celle-ci aurait pourtant été au courant depuis 2011, car des fonctionnaires européens auraient à ce moment-là envoyé une lettre au commissaire chargé de l'Industrie pour l'avertir. A Bruxelles, les réactions n'ont pas tardé.

    De notre bureau à Bruxelles,

    Selon le groupe écologiste au Parlement européen, il faut que celui-ci accepte la constitution d'une commission d'enquête parlementaire sur le scandale Volkswagen. C'était en fait une demande déjà formulée depuis plusieurs semaines par les Verts mais elle est formellement remise sur la table à la lumière des révélations de Wirtschaftswoche.

    Selon deux députés, si ce qu'écrit l'hebdomadaire allemand est avéré, cela voudrait dire que l'actuelle commissaire chargée de l'Industrie et son prédécesseur ont « maquillé les faits et sciemment menti devant le Parlement européen ».

    Pendant ce temps-là, dans les couloirs de la Commission européenne, on dément officieusement en quelque sorte. Il y a bien eu une lettre envoyée en 2011 pour alerter le commissaire à l'Industrie, mais elle portait, dit-on ici, sur une pratique consistant à diminuer la pression des pneus pour réussir les contrôles.

    De son côté, le lanceur d'alerte aux Etats-Unis ne fait qu'alimenter la confusion européenne. Il affirme, en effet, que la Commission était au courant des niveaux trop élevés d'émissions d'oxydes d'azotes par certains moteurs diesel, mais pas de la présence de logiciels pour truquer les contrôles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.