GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Molenbeek, la commune devenue symbole de la radicalisation en Belgique

    media Une habitante de Molenbeek lors d'un rassemblement en l'hommage des victimes des attentats de Paris, le 18 novembre 2015. REUTERS/Yves Herman

    L’Etat fédéral belge semble enfin avoir pris la mesure du problème lié à la radicalisation de certains de ses ressortissants après les attentats qui ont frappé Paris vendredi dernier. La commune de Molenbeek, d'où été originaire le commanditaire des attaques, Abdelhamid Abaaoud, a été l'objet de toutes les attentations. Jeudi, les autorités belges ont annoncé un nouveau pack de mesures renforçant le dispositif sécuritaire.

    Avec nos envoyés spéciaux à Molenbeek, Romain Lemaresquier et Marc Fichet

    Depuis les attentats de Paris, il y a une semaine, la Belgique prend conscience de l’ampleur du problème concernant la radicalisation de certains de ses ressortissants de confession musulmane.

    La commune de Molenbeek est bien entendue pointée du doigt comme étant le lieu où il faut intervenir. Une commune qui compte bon nombre d’habitants qui se sont rendus en Syrie, comme le confirme Ann Gilles-Goris, adjointe au maire et en charge de l’action sociale.

    On est assez anéantis parce qu'on a investi énormément dans le vivre ensemble.
    Ann Gilles-Goris Ajointe au maire de Molenbeek 20/11/2015 - par Romain Lemaresquier Écouter

    « On est au courant qu’il y aurait une trentaine de jeunes qui seraient partis en Syrie, explique-t-elle. On sait que certains sont décédés mais au niveau communal, ce n’est pas nous qui détenons le pouvoir en matière de lutte contre le terrorisme. »

    L’Etat fédéral est selon elle responsable d’un manque de communication mais pas seulement. Tout comme elle, de nombreux pays trouvent que la réaction des autorités n’est pas à la hauteur de la gravité de la situation. En réaction, jeudi, le gouvernement a annoncé toute une série de mesures sécuritaires.

    Des mesures qui risquent bien d'être contre-productives

    Pour Jean-Pierre Dupont, prêtre à Molenbeek depuis quinze ans et en charge des relations interreligieuses, ce n’est pas forcément une bonne solution. « Je ne sais pas s’il faut tellement se réjouir de cet appel à plus de sécurité, à plus de force dans les interventions, s’inquiète-t-il. Je pense qu’il faut rester un peu sobre et un peu lucide et ne pas trop vite céder à la panique pour renforcer l’attirail sécuritaire. »

    Selon lui, ces mesures pourraient avoir l’effet inverse et pousser encore plus de jeunes à suivre l’exemple de ceux qui sont déjà partis combattre en Syrie. Mais comme il tient à le souligner, « seul l’avenir nous le dira ».

    Beaucoup de jeunes ne voient pas un avenir possible.
    Comment expliquer cette radicalisation ? Père Jean-Pierre Dupont 20/11/2015 - par Romain Lemaresquier Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.