GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    «Vatileaks 2»: cinq personnes inculpées par la justice du Vatican

    media Les cinq accusés sont convoqués pour une audience préliminaire le 24 novembre devant la justice vaticane. REUTERS/Osservatore Romano

    Le Vatican ne lâche rien dans l'affaire dite « Vatileaks 2 » et la révélation de nouveaux scandales financiers qui touchent la Curie. Le plus petit Etat du monde a formellement inculpé, ce samedi, cinq personnes, accusées d'avoir facilité ou publié de façon illicite des documents confidentiels, parmi lesquelles deux journalistes. D'autres personnes pourraient rejoindre prochainement le banc des accusés.

    Avec notre correspondant à Rome,  Olivier Bonnel

    Ils sont cinq, attendus devant la justice vaticane : Mgr Angel Vallejo Balda, la consultante italienne Francesca Chaouqui, tous deux membres de la Cosea, l'ancienne commission préparatoire à la réforme financière de la Curie ainsi que Nicolas Maio, le secrétaire de Mgr Balda.

    Et pour la première fois, deux journalistes sont dans le collimateur de la justice du Vatican - Emiliano Fittipaldi et Gianluigi Nuzzi, qui ont récemment publié des livres révélant les scandales financiers au Saint-Siège.

    Ces derniers sont accusés de s'être procuré de manière illicite des documents en faisant pression sur Mgr Balda. Les trois premiers, eux, sont cités pour avoir formé une « association criminelle organisée » afin de divulguer les documents concernant les intérêts fondamentaux du Saint-Siège et de l'Etat du Vatican.

    La législation du plus petit Etat du monde fixe des peines de 6 mois à 2 ans de prison pour diffusion de documents confidentiels et jusqu'à huit ans pour des délits contre la sécurité de l'Etat.

    La première audience de ce procès est fixée au 24 novembre au matin. Pas sûr cependant que les cinq accusés soient au rendez-vous. La semaine dernière, Gianluigi Nuzzi déplorait sur son blog une « atteinte à la liberté d'informer ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.