GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Belgique: nouvelle inculpation, alerte maximale maintenue à Bruxelles

    media Patrouille militaire dans les rues de Bruxelles, lundi 23 novembre. REUTERS/Yves Herman

    La menace terroriste a été maintenue au niveau maximum à Bruxelles pour une semaine, mais métro et écoles rouvriront « progressivement » à partir de mercredi, les opérations de police débouchant quant à elles sur une quatrième inculpation liée aux attentats de Paris.

    A l'issue d'une journée sans précédent dans la capitale belge et européenne, marquée par la fermeture de toutes les écoles et universités et l'arrêt du métro, les informations se sont télescopées en fin d'après-midi, donnant des signaux qualifiés de « contradictoires » par les télévisions belges.

    Du point de vue politique, le Premier ministre Charles Michel, entouré de ses principaux ministres et des responsables régionaux, a annoncé lors d'une conférence de presse que le niveau d'alerte était maintenu à 4 - le plus élevé - à Bruxelles en raison d'une « menace sérieuse et imminente ». La menace doit en théorie être réévaluée le lundi 30 novembre.

    Les Bruxellois vivront donc leur quatrième journée au ralenti. Le tété-travail des cadres s’installe dans les entreprises, ce qui pourrait d’ailleurs amorcer une tendance durable, et le ministère de l’Emploi autorise le versement d’indemnités de chômage technique pour cause de force majeure.

    Pour le reste du territoire belge, le niveau 3 (menace possible et vraisemblable) continue à s'appliquer, a précisé le Premier ministre belge à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité national qui a duré trois heures et demie.

    Vers une réouverture du métro

    « Nous avons des indications sérieuses que des attaques peuvent à nouveau se produire », a-t-il répété, en se refusant à donner « pour des raisons évidentes » le moindre détail sur les enquêtes en cours. Le gouvernement belge craint une réplique des attaques de Paris qui ont fait 130 morts le 13 novembre.

    « Les cibles potentielles sont les mêmes qu'énumérées hier (dimanche) », a-t-il ajouté, citant notamment les zones commerciales et les transports en commun. « Pour ce qui est des écoles, nous avons pris la décision de rouvrir mercredi, avec des mesures de sécurité supplémentaires. Le métro (de Bruxelles) sera également rouvert progressivement à partir de mercredi », a dit Charles Michel. Cette réouverture est conditionnée par l’affectation à l’agglomération bruxelloise d’un renfort de 288 policiers venus de province. Les grands musées nationaux garderont portes closes jusqu'au 27 novembre.

    « Nous ne voulons pas laisser gagner les terroristes en mettant le pays au point mort », a plaidé le chef du gouvernement, en expliquant que le déploiement des forces de l'ordre et de l'armée serait « optimalisé » afin d'assurer la sécurité des écoles.

    Un quatrième suspect inculpé

    Par ailleurs, le parquet fédéral a annoncé lundi l'inculpation d'un nouveau suspect en Belgique, pour participation aux attentats de Paris, au lendemain d'un vaste coup de filet antiterroriste. « Il est inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste et d'attentat terroriste » à Paris, a indiqué le parquet dans un communiqué, ajoutant que le suspect avait été placé en détention provisoire.

    Aucun détail sur son identité ou le rôle qu'il aurait pu jouer n'a été rendu public. Il s'agit de la quatrième personne inculpée en Belgique en lien direct avec les attentats du 13 novembre, revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique. Aucun inculpé n'est Salah Abdeslam, un suspect-clé des attaques de Paris, toujours en fuite. Deux des personnes détenues à Bruxelles sont soupçonnées d'avoir exfiltré Salah Abdeslam en allant le chercher en voiture à Paris quelques heures après les tueries.

    Un autre suspect a été inculpé vendredi soir. Selon les médias belges, il aurait accueilli Salah Abdeslam quand celui-ci a été déposé le samedi 14 novembre par Mohammed Amri et Hamza Attou dans la commune bruxelloise de Laeken, l'aidant dans sa cavale.

    Si nous prenons ces mesures-là, c'est parce que nous voulons élever le niveau de sécurité pour la population
    Charles Michel, Premier ministre belge 23/11/2015 - par Laxmi Lota Écouter

    Quinze autres personnes interpellées dimanche soir dans plusieurs communes de Bruxelles et à Charleroi (sud de la Belgique) ont été relâchées, a ajouté le parquet. Par ailleurs, parmi les cinq personnes interpellées lundi matin en Belgique, deux ont été relâchées. Les trois autres resteront en garde à vue au moins jusqu'à mardi matin afin de faire l'objet de « vérifications supplémentaires », selon cette source.

    A un autre niveau, les enquêteurs recherchent le frère d’Hasna Aït Boulahcen, la jeune femme retrouvée morte après l’assaut de la police française dans l’appartement de Saint-Denis. L’homme a disparu de chez lui à Mechelen dans le nord-est du pays. Il est soupçonné d’avoir l’intention de se venger sur des policiers belges de la mort de sa sœur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.