GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Avril
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Frappes en Syrie: David Cameron tente de convaincre le Parlement

    media Le Premier ministre britannique David Cameron quitte Downing Street avant de soutenir dans un discours devant le Parlement les frappes aériennes en Syrie, le 26 novembre 2015. AFP/Leon Neal

    Le Premier ministre britannique a présenté devant le Parlement ses arguments afin d'étendre à la Syrie les bombardements que la Royal Air Force mène contre le groupe État islamique en Irak. David Cameron a souligné que le Royaume-Uni ne pouvait pas « sous-traiter sa sécurité à d'autres pays ». Depuis les attentats du 13 novembre, l'opinion a évolué sur la question et David Cameron pourrait organiser un vote dès la semaine prochaine s'il est sûr d'obtenir une majorité.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    Pour la seconde fois, David Cameron tente de convaincre les députés de frapper la Syrie. Il y a deux ans, le Parlement britannique avait refusé d'attaquer le régime de Bachar el-Assad, mais cette fois c'est le groupe Etat islamique que le Premier ministre veut prendre pour cible. « Nous faisons face à une menace fondamentale de notre sécurité, a-t-il déclaré. Nous ne pouvons pas attendre l'avènement d'une transition politique en Syrie, nous devons frapper ces terroristes dans leurs bastions et nous ne devons pas fuir nos responsabilités ou les confier à d'autres ».

    Réduire ou accroître la menace ?

    David Cameron a exposé sa stratégie globale pour anéantir le groupe Etat islamique et assuré qu'il ne commettrait pas les mêmes erreurs qu'en Irak ou en Afghanistan. Mais il n'a pas convaincu le leader travailliste Jeremy Corbyn, ardent pacifiste. « Il ne fait aucun doute que Daech constitue une menace pour notre peuple, a concédé ce dernier. Mais la question maintenant est de savoir si étendre nos frappes à la Syrie va réduire ou accroître cette menace ».

    Une des questions qui divisent le Parlement est la présence sur le terrain de soldats occidentaux. David Cameron exclut cette option et affirme que quelque 70 000 combattants syriens modérés pourraient prendre le relai. Certains députés ont déjà changé d'avis, mais l'issue du vote dépendra du nombre de travaillistes qui se rebelleront contre Jeremy Corbyn.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.