GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Mobilisation à Londres contre les frappes britanniques en Syrie

    media L'acteur Mark Rylance pendant la manifestation. Il est l'une des personnalités, avec le cinéaste Ken Loach et le musicien Brian Eno, à écrire une lettre ouverte à David Cameron contre l'intervention en Syrie. Londres, le 28 novembre 2015. REUTERS/Suzanne Plunkett

    A Londres, des milliers de personnes sont venues manifester devant Downing Street, la résidence du Premier ministre, pour demander à David Cameron de ne pas se joindre à des frappes contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie. A l’appel de la coalition « Stop the War », les protestataires ont fait entendre leur désaccord alors qu’un vote pourrait intervenir la semaine prochaine au Parlement pour autoriser des bombardements.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    « Don’t bomb Syria ». Moins nombreux qu’au moment de la guerre en Irak, mais tout aussi déterminés, les manifestants n’avaient souvent qu’une seule pancarte « Ne frappez pas la Syrie ». Parmi eux l’acteur shakespearien Mark Rylance, signataire d’une pétition remise à David Cameron. « Je veux que nous soutenions la France, mais je ne suis pas sûr que des bombardements soient la bonne solution. J’ai peur que nous tombions dans le piège tendu par Daech en bombardant plus de civils et en les aidant ainsi à recruter toujours plus de jeunes hommes désespérés », a déclaré Mark Rylance.

    Dans la foule, beaucoup de jeunes Britanniques inquiets pour la sécurité de leur pays . « Les gens qui veulent frapper la Syrie porteront une lourde responsabilité si nous subissons une attaque à Londres comme celle de Paris. Pour ma part ils auront notre sang sur les mains », dit une jeune femme.

    Durant tout le week-end, les députés, toujours profondément divisés sur une intervention en Syrie sont invités à examiner leur conscience, l’occasion pour les responsables de « Stop the War » comme Chris Nineham de leur adresser un message clair : « Nous disons à tous les députés " prenez du recul, réfléchissez bien, ne vous laissez pas influencer par une atmosphère va-t-en-guerre et prenez la bonne décision à savoir : notre pays ne devrait pas se lancer dans la quatrième guerre avec un pays musulman en 14 ans ". »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.