GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • En raison d'un mot d'ordre de grève national, les antennes de RFI et la mise à jour des sites de RFI peuvent être perturbées ce mardi
    Europe

    Turquie: nombreuses zones d’ombre autour de la mort de l'avocat Elçi

    media Des policiers sécurisent les lieux de la mort de l'avocat Tahir Elçi, à Diyarbakir, le 28 novembre 2015. REUTERS/Sertac Kayar

    Diyarbakir, la grande ville du sud-est de la Turquie a été le théâtre, samedi, de la mort du célèbre avocat et figure de la cause kurde, Tahir Elçi, tué d’une balle dans la tête. Une mort qui suscite beaucoup d’émotion et soulève autant de questions.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Le Premier ministre Ahmet Davutoglu avance deux hypothèses à cette mort : soit il s’agit d’un assassinat, soit d’une balle perdue lors d'un accrochage entre police et rébellion ; « mais le crime ne restera pas impuni », a-t-il promis.

    Les circonstances de la mort du bâtonnier de Diyarbakir restent floues, et en raison d'accrochages violents jusque tard dans la nuit, les enquêteurs n'ont pu mener leurs investigations sur le lieu du crime.

    Une balle « tirée de loin »

    Selon le ministre de l'Intérieur, deux suspects, membres de la rébellion, sont toujours recherchés. La seule chose que l'on sache pour l'instant, d'après le rapport préliminaire d'autopsie, c'est que le juriste a été touché d'une balle « tirée de loin ». Ce n'est pas un assassinat à bout portant, exécuté par quelqu'un qui se serait mêlé au groupe qui entourait M. Elçi au moment de sa conférence de presse.

    Pour le président Erdogan, cet événement montre combien la « détermination du pays dans la lutte contre le terrorisme est justifiée ». L'opposition promet de ne pas lâcher l'affaire, jusqu'à ce que toute la lumière soit faite sur cette sombre histoire qui rappelle bien d'autres exécutions extra-judiciaires, note la presse.

    Beacoup de monde aux obsèques

    Par ailleurs, les obsèques du bâtonnier de Diyarbakir ont eu lieu ce dimanche matin. Obsèques qui ont réuni pas moins de 50 000 personnes. De nombreux confrères de la victime portant leur robe, dont le président du conseil national des barreaux de Turquie Metin Feyzioglu, ont porté son cercueil, recouvert d'un drapeau kurde aux couleurs rouge, jaune et verte, au milieu d'une foule massée derrière une imense banderole noire « Nous ne t'oublierons pas », a rapporté un journaliste de l'AFP présent sur place.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.