GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Canada accepte un projet géant d'exportation de gaz de Petronas (gouvernement)
    Europe

    Espagne: un débat électoral inédit sur Internet et sans Rajoy

    media Trois des principaux candidats des élections espagnoles générales du 20 décembre, Albert Rivera, Pedro Sanchez et Pablo Iglesias lors du débat organisé par le quotidien «El Pais». REUTERS/Juan Medina

    En Espagne, le quotidien El Pais a organisé, lundi, le premier grand débat politique avant les élections générales du 20 décembre prochain. Le chef du gouvernement conservateur, Mariano Raroy, n'a pas souhaité y participer. Il a refusé de se présenter, face aux chefs de files réformateurs, qui ne sont pas parlementaires. S’affrontaient Pedro Sanchez, candidat du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), Albert Rivera, de Ciudadanos (Citoyens) et Pablo Iglesias, le secrétaire général de Podemos.

    Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

    « Bonne nuit, bienvenue au premier grand débat électoral des législatives générales ! » C’est ainsi que commençait en Espagne un débat inédit, pour plusieurs raisons. Le pays  n’a pas l’habitude de ce genre d’exercice depuis la fin de la dictature franquiste. Il s’agit aussi du premier débat sur Internet. Enfin, on peut parler d’un débat boiteux puisqu’il y avait un absent de marque : Mariano Rajoy, le chef du gouvernement conservateur qui ne voulait pas d’un échange à quatre.

    Les trois hommes présents sont tous des visages nouveaux qui se sont battus avec force, voire véhémence, entre eux et qui n’ont eu de cesse de montrer leur différence.« Renforcer la loi contre la violence conjugale », c’est ce que promet le candidat socialiste.« Nous, on a un projet différent plurinational qui parle plusieurs langues », assure pour sa part le leader de Podemos.

    « Nous avons un projet national, un grand pacte contre la corruption » : c’est de son côté l’engagement du jeune Albert Rivera. Pourtant, à bien écouter les trois rénovateurs de la politique espagnole, ils sont plutôt d’accord sur l’essentiel : moralisation de la vie politique, défense de l’éducation et de la santé et politique active pour l’emploi.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.