GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Londres frappe le groupe EI en Syrie en solidarité avec Paris

    media Les Tornado, qui ont décollé de la base aérienne de la Royal Air Force à Akrotiri, à Chypre, ont frappé des installations d'exploitation pétrolière du groupe EI dans l'est de la Syrie. REUTERS/Russell Cheyne TPX IMAGES OF THE DAY

    Des avions de combat britanniques ont effectué dans la nuit du 2 au 3 décembre des frappes en Syrie, quelques heures seulement après le vote favorable de la Chambre des communes à des bombardements dans ce pays contre des positions de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI). La Grande-Bretagne, proche alliée européenne de la France, intervient officiellement en Syrie contre l'organisation terroriste, en solidarité avec Paris, après les attentats du 13 novembre.

    La France a été frappée par le terrorisme, la Grande-Bretagne sort de sa réserve et envoie la RAF bombarder la Syrie. Les chasseurs bombardiers Tornado, qui bombardaient déjà l'Irak, s'envolent cette fois-ci de leur base d'Akrotiri sur l'île de Chypre, une position idéale déjà employée à la France à partir de 2013 pour des missions de renseignement. Une base qui pourra servir de terrain de déroutement aux Rafale de l’aéronavale en cas de difficultés. En attendant, mercredi soir, les aviateurs anglais ont bombardé des objectifs sur le champ pétrolier d'Omar à l'est de la Syrie, à 50 km de la frontière irakienne.

    Paris affiche sa satisfaction. « Ça correspond à la demande faite par la France à l’ensemble de ses partenaires européens, explique Pierre Bayle, porte-parole du ministère de la Défense. Les Britanniques ont proposé l’utilisation de la base pour des appareils qui auraient des problèmes. Donc ça, c’est déjà acquis. Et puis les Britanniques sont déjà à nos côtés sur le secteur irakien et ils sont intégrés dans la même coalition, donc on continue à travailler ensemble et cela n’a pas changé. »

    L'armée de l'air britannique utilise aussi des drones à longue autonomie Reaper, une capacité que la France ne possède pas au Proche-Orient. La RAF envoie des renforts dans la région, deux Tornado supplémentaires et six Typhoon. Les Allemands à leur tour doivent envoyer leurs avions de guerre pour des missions de reconnaissance.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.