GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Référendum en Arménie pour sortir du présidentialisme

    media Portrait officiel du président d'Arménie Serge Sarkissian. Wikimedia Commons / Republic of Armenia

    Les Arméniens votent ce dimanche 6 décembre 2015. Ils sont appelés à s’exprimer par référendum sur un projet de réforme constitutionnelle porté par l’équipe en place. Il s'agit de revenir à un régime parlementaire mais l'opposition redoute une manœuvre du président pour se maintenir au pouvoir.

    Officiellement, la réforme constitutionnelle a pour objectif de passer d’un régime semi-présidentiel à un régime parlementaire, qui accorderait une prééminence au Premier ministre sur le président de la République.

    Selon le document soumis à référendum, le chef de l’Etat sera désormais élu pour sept ans et non plus cinq comme actuellement. Il ne sera plus élu au suffrage universel direct, mais désigné par les parlementaires.

    Son mandat ne sera pas renouvelable et il ne jouera plus qu’un rôle de second plan, le Premier ministre héritant des pouvoirs exécutifs et devenant le commandant suprême des forces armées.

    L’actuel chef de l’Etat a expliqué que la réforme constitutionnelle apporterait plus de stabilité au système. Mais ses opposants y voient une tactique lui permettant de rester en fonction plus longtemps que prévu.

    Serge Sarkissian doit en principe quitter ses fonctions en 2018, au terme de son second mandat. Mais rien ne l’empêche de devenir ensuite Premier ministre, avec des pouvoirs renforcés, si la réforme constitutionnelle est adoptée.

    C'est en tout cas ce que redoutent ses opposants, le Congrès national arménien, mais aussi la société civile qui a manifesté durant trois semaines au printemps dernier à Erevan contre l’augmentation du prix de l’électricité.

    Des militants qui perçoivent le gouvernement comme corrompu et qui pourraient être tentés de retourner dans la rue en cas de défaite.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.