GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: plus de 9000 morts depuis le début du conflit

    media Entraînement de rebelles séparatistes vers Donetsk, le 14 septembre 2015. REUTERS/Alexander Ermochenko

    Ce sont plus de 9 000 personnes qui ont été tuées depuis le début du conflit dans l’Est de l’Ukraine, il y a de cela vingt mois. Le Haut Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU vient de publier son rapport trimestriel sur le sujet. Si les violences ont baissé d’intensité, l’agence des Nations unies s’inquiète d’une situation humanitaire très délicate et de graves violations des droits de l’homme.

    Meurtres, tortures, mauvais traitements, détentions illégales, travail forcé... il y a des faits graves qui sont relevés par les enquêteurs des Nations unies dans les républiques séparatistes de Donetsk et Lougansk. L’absence d’Etat de droit et d’autorité légitime laissent la population sans protection réelle et sans accès à la justice ni aux réparations.

    Vie difficile pour les civils

    A cela s’ajoutent des conditions de vie quotidienne très difficiles pour les civils. Près de trois millions de personnes résident dans la zone de conflit. Le rapport souligne, en particulier, des difficultés dans l'accès à des soins médicaux, au logement et aux mécanismes compensatoires pour les biens endommagés, saisis ou pillés. Le système de laissez-passer instauré en janvier 2015 par le gouvernement ukrainien conduit à un sentiment croissant d’isolement.

    Situation volatile

    De l’autre côté de la ligne de front, les forces de sécurité ukrainiennes sont également pointées du doigt, accusées de détentions arbitraires, tortures et mauvais traitement. Elles semblent bénéficier d’une large impunité, note le rapport ; les enquêtes sur les allégations les impliquant étant rares. Le Haut Commissariat de l’ONU souligne par ailleurs que des armes et des combattants russes continuent d'affluer dans les régions contrôlées par les rebelles séparatistes, ce qui rend la situation extrêmement volatile. Une reprise des combats mettrait en péril 800 000 personnes vivant de part et d’autre de la ligne de contact.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.