GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Syrie: négociations plus sereines entre Moscou et Washington

    media Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe Serguei Lavrov, lors d'une rencontre bilatérale sur le conflit syrien, le 15 décembre 2015. REUTERS/Mandel Ngan/Pool

    A l 'issue de la visite du secrétaire d'Etat américain John Kerry à Moscou, ce mardi 15 décembre, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a confirmé la tenue vendredi à New York d'une réunion du Groupe de soutien international à la Syrie. C'est l'une des étapes du processus politique de paix en Syrie. Et jusqu'à maintenant, Moscou n'avait pas confirmé sa participation. Les divergences entre les Américains et les Russes restent nombreuses, mais le climat est plus détendu et les deux pays sont décidés à poursuivre leur collaboration sur le dossier syrien.

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    « Nous soutenons l'idée de la convocation à New York ce vendredi d'une nouvelle réunion au niveau ministériel du groupe international de soutien pour la Syrie », a déclaré le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov ce mardi. Les résultats de cette rencontre devront être transcrits dans un projet de résolution aux Nations Unies. Et le travail doit se poursuivre pour établir la liste des groupes d'opposition en Syrie qui participeront au processus de paix.

    John Kerry, de son côté, a transmis au président russe les inquiétudes des Etats-Unis concernant les frappes de l'aviation russe contre l'opposition syrienne, une remarque « prise en compte », par Vladimir Poutine, a déclaré le secrétaire d'Etat américain, qui s'est par ailleurs félicité que les deux pays travaillent dans la même direction. John Kerry a répété que pour les Américains, Bachar el-Assad n'avait pas sa place dans l'avenir de la Syrie.

    Les discussions ont été intenses et longues entre le secrétaire d'Etat américain et Serguei Lavrov ce mardi matin et ensuite, pendant plus de trois heures, avec le président Poutine. Des discussions que le chef de la diplomatie russe a qualifiées de concrètes, substantielles, avec l'objectif d'avancer dans le processus de paix et de lutter contre le terrorisme. Moscou a voulu donner une impression positive de cette rencontre, en diffusant notamment des images de John Kerry se promenant, avec l'ambassadeur américain, au milieu des passants, dans la rue piétonne du célèbre quartier de l'Arbat.

    Nous allons bien nous réunir ce vendredi 18 à New York avec les groupes de soutien internationaux sur la Syrie, avec l'intention d'entériner sous les auspices des Nations Unies ce que nous ferons dans ce groupe et ce que nous souhaitons promouvoir. Et nous voterons une résolution des Nations Unies sur les communiqués de Vienne et les prochaines étapes concernant les négociations et espérons-le un cessez-le-feu. Comme je l'ai souligné ce jour, les Etats-Unis et ses partenaires ne cherchent pas ce qu'on appelle un "changement de régime" en Syrie. Ce que nous avons dit, c'est que nous ne croyons pas qu'Assad lui-même ait la capacité de pouvoir diriger la future Syrie. Mais aujourd'hui nous ne nous sommes pas focalisés sur nos différences à propos de ce qui peut ou ce qui ne peut pas être fait dans l'immédiat concernant Assad. Nous nous sommes focalisés sur un processus, sur un processus politique dans lequel les Syriens prendront des décisions concernant le futur de la Syrie.
    John Kerry, secrétaire d'Etat américain 16/12/2015 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.