GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Crise migratoire: Tsipras appelle l'Europe à agir

    media L'île de Chios héberge un centre de rétention pour migrants illégaux (photo d'illustration). Laurent Geslin

    La Grèce devrait être au cœur des discussions du Conseil européen qui débute jeudi 17 décembre à Bruxelles. Le sujet principal de cette rencontre entre chefs d'Etat de l'Union européenne concernera la crise migratoire. Pour se préparer, Alexis Tsipras s'est rendu sur les îles de Chios et de Leros ce mercredi 16 décembre. Objectif : inspecter les centres d'enregistrement et de tri des migrants en cours de construction. Pour le Premier ministre, le gouvernement grec remplit ses obligations, c'est maintenant aux Européens d'agir.

    Avec notre correspondante à AthènesCharlotte Stiévenard

    Le Premier ministre grec s'est d'abord rendu sur l'île de Chios. Il a visité l'ancienne usine dans laquelle un centre d'enregistrement est en cours de construction. Il s'est ensuite rendu sur l'île de Leros où, cette fois, un ancien hôpital psychiatrique a été choisi comme structure.

    Pour Alexis Tsipras, la mise en place des cinq centres d'enregistrements sur les îles suit son cours. Ils doivent permettre de sélectionner les réfugiés qui pourront être relocalisés dans d'autres pays. Le Premier ministre grec demande donc à ses partenaires européens de remplir leurs obligations. Sur les 66 000 relocalisations prévues, une centaine seulement ont eu lieu, selon lui. C'est donc pour l'instant à la Grèce de porter le poids de la crise migratoire.

    Une mission rendue plus difficile par la décision des pays des Balkans de ne laisser passer que les Syriens, les Irakiens et les Afghans. Pour le Premier ministre grec, l'Union européenne doit aider la Grèce à renvoyer les autres migrants bloqués sur place.

    Alexis Tsipras a également appelé à vérifier que la Turquie applique bien l'accord conclu avec l'Union européenne en réduisant les flux de réfugiés. S'ils sont moins nombreux par rapport à cet été, 100 000 personnes ont tout de même débarqué sur les côtes grecques en novembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.