GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Sommet de l'UE: toujours des dissensions sur les migrants

    media Arrivée du président du Conseil européen Donald Tusk au sommet européen de Bruxelles le 17 décembre 2015. REUTERS/Yves Herman

    C'est le dernier sommet de l’année 2015 pour les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne (UE). Le programme est chargé : ce jeudi 17 décembre au soir, ils aborderont l’avenir du Royaume-Uni au sein de l’UE et les sanctions russes imposées après l’annexion de la Crimée. Dans l'après-midi des débats sur la lutte contre le terrorisme et la crise des migrants ont eu lieu, un thème qui a fait aussi l’objet d’un mini-sommet à Bruxelles en fin de matinée.

    La tenue même de ce mini-sommet illustre les dissensions au sein de l’Union européenne sur les questions migratoires. C’est l’Allemagne qui est à l’initiative de cette rencontre avec des pays qui ont des vues sensiblement proches sur le dossier : l’Autriche, hôte de la réunion dans son ambassade bruxelloise, mais aussi les Pays-Bas, la Belgique, la Suède, la Finlande, le Luxembourg et un pays concerné au premier chef : la Grèce, puisque c’est là qu’arrive le gros des migrants.

    La réinstallation

    L’Italie, elle n’est pas présente, tout comme la France. Angela Merkel souhaite faire avancer son idée de réinstallation : c'est-à-dire l’admission en Europe de certains réfugiés déjà présents en Turquie. Selon Berlin, ce mécanisme présente beaucoup d’avantages : il permet de s’assurer que les migrants arrivant en Europe sont bien des réfugiés. Cela permet en quelque sorte aussi de les choisir.

    Limiter les drames

    Par ailleurs, ce mécanisme pourrait limiter les drames en Méditerranée, puisque les candidats à l’exil seraient pris en charge directement en Turquie. Ankara est très demandeur, mais tous les pays de l’UE ne sont pas sur la même longueur d’ondes que Berlin, y compris la Belgique qui participe pourtant au mini sommet. L’Autriche, elle, a déjà prévenu que cette option ne pourra être mise en œuvre que si la Turquie redoublait d’efforts pour contrôler sa frontière avec l’Europe.

    ► Le site du sommet de Bruxelles: (lire)

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.