GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Crise des migrants: l'UE veut accélérer la mise en place des mesures

    media Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le 17 décembre, à Bruxelles. REUTERS/Eric Vidal

    Pour la cinquième fois d’affilée, le thème de la crise migratoire était au centre du Conseil européen. Ce dernier rendez-vous de l’année pour les Vingt-Huit a surtout été l’occasion de passer en revue les mesures décidées ces derniers mois et de faire le constat que les choses avançaient trop lentement.

    Avec notre envoyée spéciale à Bruxelles, Anastasia Becchio

    Chaque jour 4 000 personnes atteignent les côtes grecques par la mer en provenance de Turquie, et ce en dépit de conditions météo défavorables. C’est 1 000 à 2 000 de moins que les mois précédents mais le chiffre reste élevé. Pour la présidence luxembourgeoise du Conseil de l’UE, cela illustre une chose : l’accord scellé fin novembre avec la Turquie ne produit pas les effets escomptés.

    Les Vingt-Huit constatent un peu impuissants que les mesures prises ces derniers mois tardent à être mises en œuvre. Moins de 200 réfugiés de Grèce et d’Italie ont pu rejoindre des pays d’accueil sur les 160 000 prévus.

    Quant aux hotspots, ces centres censés faire le tri et l’enregistrement des migrants, seuls deux sont opérationnels en Grèce et en Italie, sur les onze prévus.

    Garde-côtes européens

    Si les Vingt-Huit sont d’accord sur les objectifs, réduire le flot des arrivées illégales en Europe, mieux surveiller les frontières, et s’ils appellent tous à accélérer le mouvement, ils restent divisés sur les réponses à apporter.

    Les diplomates présents aux discussions décrivent pourtant un débat apaisé, y compris sur la question délicate de la mise en place d’un corps de garde-côtes européens proposé par la Commission. Mais si le principe semble acté, les discussions point par point promettent d’être plus délicates. C’est là que les pays qui redoutent d’y perdre leur souveraineté risquent de monter au créneau. Mais ce sera pour un autre sommet.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.