GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Sommet de Bruxelles: l'UE prête à aider Cameron pour éviter le Brexit

    media OLe Premier ministre britannique, David Cameron, évoque dans un discours les frappes aériennes contre le groupe Etat islamique en Syrie. REUTERS / Darren Staples

    Le dernier sommet européen de l'année se poursuit ce vendredi 18 décembre 2015 à Bruxelles. A l’ordre du jour : l’avenir du Royaume-Uni au sein de l’Union. En arrivant, David Cameron a promis de se battre toute la nuit pour la Grande-Bretagne. Finalement, les débats ont duré trois heures autour d’un dîner qui a été plus consensuel que prévu.

    Avec notre envoyée spéciale à Bruxelles,  Anastasia Becchio

    Le président du Conseil européen avait prévenu que certaines revendications britanniques n’étaient pas envisageables. A l’issue du dîner de travail, Donald Tusk s'est radouci : « Les dirigeants ont exprimé leurs préoccupations, mais ils ont aussi manifesté leur volonté de chercher un compromis. Je suis bien plus optimiste maintenant qu’avant notre réunion ».

    Un optimisme partagé par le principal intéressé : David Cameron fait état de « bons progrès », tout en soulignant que le travail sera difficile.

    Une revendication discriminatoire

    Parmi les points les plus délicats : la carence de quatre ans que Londres souhaite imposer à tout ressortissant européen qui viendrait s’installer au Royaume-Uni avant qu’il ne puisse prétendre à des allocations sociales. Une revendication jugée discriminatoire, notamment par la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et surtout la Pologne, gros pourvoyeur de travailleurs en Grande Bretagne.

    → A lire : Crise des migrants: l'UE veut accélérer la mise en place des mesures

    « Nous savons que c’est un point qui pourrait déroger à la libre circulation et qui pourrait avoir des conséquences sur nos propres ressortissants. Mais on voit bien aussi qu’il y a, à ce moment-là, des conséquences sur les traités eux-mêmes », a souligné le président François Hollande. Et le chef de l’Etat d'ajouter : « Ce point-là va faire encore l’objet de discussions approfondies au cours des prochaines semaines. »

    Une réflexion approfondie

    Le président français plaide en faveur d’une réflexion approfondie sur les modifications des textes européens, tout comme la chancelière allemande, Angela Merkel, mais cela ne peut se faire du jour au lendemain.

    Dans l'immédiat, les Vingt-Huit vont poursuivre les négociations. L'objectif est de parvenir à un accord d'ici février 2016. François Hollande a résumé l'état d'esprit : « Il n'y a aucune raison de rendre difficile la tâche de ceux qui vont appeler à voter "oui" au référendum. » Le Premier ministre David Cameron a promis aux Britanniques un référendum d'ici 2017.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.