GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Le pape François rend hommage aux pays qui secourent les migrants

    media Le pape François salue la foule avant d'adresser son message «Urbi et Orbi», au Vatican, le 25 décembre 2015. AFP PHOTO / VINCENZO PINTO

    Comme chaque année, le pape a prononcé son message de Noël et sa bénédiction Urbi et Orbi, « à la ville et au monde ». Des dizaines de milliers de personnes sont rassemblées place Saint-Pierre pour écouter le message de François, dont le message de paix est toujours très attendu.

    Avec notre correspondant à Rome,  Olivier Bonnel et AFP

    Le pape est apparu à 12h à la loggia, le grand balcon de la basilique Saint-Pierre pour son traditionnel son message de Noël et sa bénédiction « à la ville et au monde ». Comme il le fait d’habitude à Noël, François a effectué un bref tour du monde des zones de conflits et des pays qui aspirent à la paix.

    « Là où naît Dieu, naît l’espérance et la paix. Et là où naît la paix, il n’y a plus de place pour la haine et pour la guerre. Pourtant, même là où est venu au monde le Fils de Dieu fait chair, des tensions et des violences continuent et la paix reste à invoquer et à bâtir », a-t-il déploré. Aussi le pape a-t-il lancé une nouvelle fois un vibrant appel pour que cessent les conflits qui déchirent la planète, à commencer par la terre natale du Christ où le conflit israélo-palestinien a toujours « de graves répercussions sur toute la région ». Il a demandé aux Palestiniens et aux Israéliens de reprendre « un dialogue direct ».

    Le Saint-Père a condamné « les atroces actions terroristes » et « la destruction du patrimoine historique et culturel de peuples entiers ». Il a notamment rappelé « les atroces actions terroristes sous les cieux d'Egypte, à Beyrouth, Paris, Bamako et Tunis ». Le Souverain Pontife a prié pour que la communauté internationale parvienne « à faire taire le vacarme des armes en Syrie et à remédier à la très grave situation humanitaire de la population épuisée. » Il a dit apporter tout son soutien aux initiatives de l'ONU en faveur d'un règlement des conflits en Syrie et en Libye.

    François n’a pas non plus oublié l’Afrique, où il s’est rendu il y a un mois, citant en particulier la RDC, le Burundi ou le Soudan du Sud.

     

    Il s'est ensuite exprimé sur un thème qui lui tient particulièrement à coeur et sur lequel il s'exprime régulièrement depuis son élection : les migrants. Il a ainsi rendu hommage aux personnes et aux Etats qui « secourent et accueillent de nombreux migrants et réfugiés », demandant à Dieu qu'ils soient « récompensés ». Il a lancé un nouvel appel en faveur des personnes qui fuient la misère et les conflits.

    Enfin, en cette fête de la Nativité, l'évêque de Rome a évoqué les exclus, appelant à ne pas oublier pas ceux qui n’ont pas de travail et souhaitant que les prisonniers « expérimentent l’amour miséricordieux de Dieu », celui qui « soigne les blessures et vainc le mal ».

    De la miséricorde plutôt que du narcissisme

    La veille dans la basilique Saint-Pierre, lors de la messe de la nuit de Noël, le souverain Pontife a invité les fidèles à un « comportement sobre » pour « revenir à l’essentiel ». Il a fustigé une nouvelle fois une société souvent éprise de « consommation et de plaisir, d’abondance et de luxe, d’apparence et de narcissisme ».

    « L’enfant Jésus nous invite à cette sobriété, a-t-il dit, un style de vie simple, équilibré, cohérent, capable de saisir et de vivre l’essentiel. » Une sobriété, qui vaut pour tous à commencer à l’intérieur de l’Eglise : le pape l’avait déjà indiqué en début de semaine dans ses vœux à la Curie romaine.

    Dans cette homélie de Noël, le Saint-Père a aussi invité les fidèles à « cultiver un fort sens de la justice » et que soient développées « la piété, l’empathie, la compassion et la miséricorde ». A Noël, il n’y a pas de place pour le doute, a conclu François, pas de place pour l’indifférence qui domine dans le cœur de celui qui ne réussit pas à aimer parce qu’il a peur de perdre quelque chose.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.