GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Espagne: toujours pas de coalition en vue malgré l'optimisme de Rajoy

    media En Espagne, le Premier ministre et leader du Parti populaire (PP), Mariano Rajoy (d), et le chef du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), Pedro Sanchez (g), se sont rencontrés à Madrid, le 23 décembre 2015. AFP PHOTO / PEDRO ARMESTRE

    Nouveau round de tractations au terme des législatives du 20 décembre dont les résultats disputés ne permettent toujours pas de voir se dessiner un exécutif. Deux rivaux seulement semblent en mesure de former ensemble un gouvernement : le chef du gouvernement sortant Mariano Rajoy et le leader socialiste Pedro Sanchez. Rajoy doit rencontrer ce lundi 28 décembre au matin les leaders des deux partis émergents Ciudadanos et Podemos.

    Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

    Le chef du gouvernement sortant, le conservateur Mariano Rajoy, veut encore y croire. Il veut présider une coalition dont il serait à la tête et qui lui permettrait de gouverner de façon stable.

    Deux entretiens sont prévus ce lundi matin avec Pablo Iglesias, le leader de Podemos et avec Albert Rivera, son alter ego de Ciudadanos. Mais la coalition n’a pas encore été formée et la situation est donc encore loin d'être débloquée.

    Rajoy se montre généreux avec Sanchez

    Le Parti populaire a absolument besoin du soutien de Pedro Sanchez. Mais le socialiste refuse de lui accorder. De son côté, Mariano Rajoy a promis de se montrer généreux « dans le domaine social et en vue d’une réforme constitutionnelle ». Ce qui semble pour le moment insuffisant.

    Aujourd’hui, le scénario le plus vraisemblable serait une coalition autour du socialiste Sanchez, avec Ciudadanos et Podemos. Seule une condition majeure est désirée : que Pablo Iglesias, le chef de file des Indignés de Podemos, renonce à vouloir organiser un referendum d’autodétermination en Catalogne, ce qui est loin d’être gagné.

    → Lire aussi : Espagne: former un gouvernement, l'impossible mission de Rajoy?

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.