GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: record de production de pétrole, mais baisse des recettes

    media La compagnie russe Rosneft est devenue l'emblème de la renaissance du pétrole en Russie. Getty Images/Bloomberg/Lucian Kim

    La production de pétrole russe a atteint un record à plus de 534 millions de tonnes en 2015, sauf que la chute des prix mondiaux a entraîné également la baisse des revenus tirés de l’or noir.

    La production russe d'hydrocarbures a augmenté de 1,4% en 2015 pour atteindre 10,7 millions barils par jour. Mais pendant ce temps les cours mondiaux du pétrole ont continué de baisser dans des proportions bien supérieures.

    Déjà en 2014 la Russie bien qu'ayant augmenté sa production de près de 2% avait vu ses revenus diminuer de 7%. Or la Russie tire 70% de ses recettes d'exportations du pétrole et du gaz, ce qui représente aussi la moitié de ses revenus budgétaires.

    Le président Poutine a évalué à plus de 3% la chute du PIB en 2015 et si le pétrole reste à 40 dollars le baril en 2016 une nouvelle récession de plus de 2% est à craindre. Le 17 décembre, Poutine avait averti que la Russie devait se préparer à tous les scénarios économiques possibles en raison de la « volatilité » du marché pétrolier.

    Le budget pour cette année a été calculé sur la base trop optimiste d'un baril à 50 dollars. De plus, la réduction des recettes pétrolières entraîne une réduction simultanée des investissements d'avenir dans le secteur des hydrocarbures. Ce qui, à terme, pourrait entraîner une baisse de la production.

    La Banque centrale russe estime que si les cours du pétrole restent à 40 dollars toute l'année 2016, le PIB chutera de plus de 2%.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.