GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Catalogne: l'indépendantiste Artur Mas ne pourra pas diriger la région

    media Artur Mas, le 3 décembre 2015 à Barcelone. AFP PHOTO/ JOSEP LAGO

    Pas d'accord en Catalogne. Les indépendantistes, vainqueurs dispersés des élections régionales de septembre dernier, ne sont toujours pas parvenus à trouver un candidat de consensus pour prendre la tête de la région. Artur Mas est jugé trop libéral par les indépendantistes anticapitalistes du parti Candidature d'unité populaire (Cup), dont les voix sont pourtant indispensables.

    Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

    C’est un gros coup dur pour tous ceux qui, en Catalogne, rêvent d’un référendum d’autodétermination et d’une séparation de l’Espagne. Pour former un gouvernement autour de la figure de leader Artur Mas, il fallait absolument le soutien du mouvement anticapitaliste Cup.

    Pourquoi ce dernier lui a-t-il finalement refusé son soutien ? Parce qu’une majorité des 68 membres du conseil politique ont considéré qu'Artur Mas n’est pas la personne convenable, car il s'agit d'un tenant de l'idéologie libérale, de droite et mêlé à divers scandales de corruption.

    Gabriela Serra i Frediani, députée régionale du parti anticapitaliste et indépendantiste catalan Candidature d'unité populaire (Cup), en conférence de presse à Barcelon dimanche 3 janvier 2016. AFP PHOTO/ PAU BARRENA

    Désormais, la situation est critique. La liste séparatiste Junts pel Sí (« ensemble pour le oui ») n’a que quelques jours pour proposer un autre candidat qui puisse plaire à cette gauche radicale. Mais c’est très peu probable.

    Le plus vraisemblable, c’est l’organisation de nouvelles législatives catalanes en mars. Ce sera l’occasion de savoir si la dynamique séparatiste a le vent en poupe ou si, au contraire, elle est en déclin.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.