GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Fusillade de Tel-Aviv: des Arabes israéliens se sentent stigmatisés

    media Des policiers israéliens à la recherche du principal suspect de la fusillade de Tel-Aviv, Nashat Melhem, dans son village d'origine, Arara, le. 04 janvier 2016. REUTERS/Baz Ratner

    En Israël, toujours aucune trace de Nashaat Melhem, l'auteur présumé de la fusillade de vendredi 1er janvier, qui a fait 2 morts et 7 blessés en plein cœur de Tel-Aviv. La police le recherche, sans succès. Elle a mené des arrestations chez les Arabes israéliens, la communauté à laquelle appartient Nashaat Melhem. Une communauté qui s'estime stigmatisée aujourd'hui.

    Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

    Abed Abou Shhadeh, 27 ans, est étudiant et militant d'un parti politique arabe israélien. Dimanche soir 3 janvier, la police est arrivée en force dans l'immeuble où il habite avec sa famille, une famille aisée et éduquée de Jaffa. Abed a été arrêté ainsi que deux de ses oncles, sans aucune raison, selon lui. « 30 ou 40 hommes armés sont entrés en force chez nous, des fusils d'assaut pointés sur nos têtes. Je leur ai dit : ça ne nous pose pas de problème que vous fouilliez la maison. Mais montrez-nous un mandat et puis ne nous traitez pas comme des criminels, nous n'avons rien fait ! »

    Abed Abou Shhadeh a été arrêté puis relâché quelques heures plus tard, avec ses oncles. Il dit avoir appris par la presse ce dont on les soupçonnait : avoir aidé l'auteur de la fusillade de vendredi à Tel-Aviv. Selon le jeune homme, c'est une méprise totale et une stigmatisation de la communauté arabe israélienne. « Je peux vous dire qu'à Tel-Aviv aujourd'hui, il ne fait pas bon être un jeune un peu bronzé comme moi. Il y a une escalade dangereuse contre les citoyens arabes israéliens. C'est dû au gouvernement de plus en plus à droite. Il n'y a qu'à écouter les discours haineux du Premier ministre Netanyahu contre les citoyens arabes ».

    Après la fusillade de Tel-Aviv, Benyamin Netanyahu a affirmé qu'il prendrait des mesures pour faire respecter la loi qui ne serait pas appliquée, selon lui, dans certaines « enclaves arabes israéliennes ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.