GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Après les agressions sexuelles de Cologne, l'Allemagne en émoi

    media Une camionnette de la police allemande patrouille sur le parvis de la gare de Cologne, où ont eu lieu les agressions de la Saint-Sylvestre, le 5 janvier 2016. REUTERS/Wolfgang Rattay

    Près d'une semaine après les agressions commises à Cologne, mais aussi à Hambourg et Stuttgart, par des jeunes d'origine étrangère profitant des festivités de la Saint-Sylvestre pour commettre des vols sur des femmes et pratiquer des attouchements sexuels continuent de provoquer l'émotion en Allemagne. Alors que l'enquête piétine, les polémiques et les critiques enflent.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    Plus de 150 plaintes ont été enregistrées ces derniers jours après les incidents de Cologne durant la nuit de la Saint-Sylvestre. Les trois quarts d'entre elles concernent des agressions sexuelles, deux femmes affirment avoir été violées. Plusieurs suspects ont été identifiés, mais la confusion qui régnait le 31 décembre aux abords de la gare de Cologne ne facilite pas l'enquête.

    L'émotion reste vive en Allemagne. L'absence de faits avérés, les spéculations des uns, l'exploitation des autres faisant un amalgame entre les auteurs des faits décrits comme étant d'origine nord-africaine ou arabe contribuent à attiser des débats peu sereins.

    Les populistes se frottent les mains

    La police de Cologne est critiquée pour ne pas avoir réagi assez vite. Les médias le sont également, car ils auraient temporisé ou évité d'évoquer l'origine étrangère des agresseurs pour éviter une stigmatisation des migrants. Et ce à l'heure où l'Allemagne vient d'accueillir en 2015 plus d'un million de réfugiés.

    Les responsables politiques demandent que tout amalgame trop rapide soit évité. Mais les mouvements populistes se frottent les mains et ont déjà commencé à exploiter ces agressions. Dans ces débats, les victimes sont un peu vite oubliées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.