GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Catalogne: Carles Puigdemont appelle au démarrage de la sécession

    media Carles Puigdemont, lors de son discours d'investiture à la tête du gouvernement de la Catalogne, à Barcelone, le 10 janvier 2016. REUTERS/Albert Gea

    Ce dimanche, le maire de Gérone Carles Puigdemont, 53 ans, a été intronisé chef de la Generalitat, le gouvernement général catalan, pour les quatre ans à venir. L’homme, un indépendantiste convaincu, a devant lui une tâche herculéenne et très difficile : obtenir la sécession de sa région vis-à-vis de l’Espagne.

    « Ce n’est pas une époque pour les gens lâches ». Dans le long discours d’investiture qu’il a prononcé devant le Parlement de Catalogne, cette phrase de Carles Puigdemont est particulièrement révélatrice, analyse notre correspondant à Madrid François Musseau.

    Celui qui était jusqu’alors le maire de Gérone, la deuxième ville de la région derrière Barcelone, sait parfaitement que sa mission est historique, voire impossible, estiment certains. Il s’agit ni plus ni moins de superviser la rédaction d’une nouvelle Constitution, la soumettre par référendum aux 7 millions de Catalans, puis, en cas de réussite, déclarer de façon unilatérale l’indépendance de cette région rebelle, et ce en 18 mois, c’est-à-dire d’ici la fin de l’année 2017.

    « Nous devons (...) lancer le processus pour créer un Etat indépendant en Catalogne, pour que les décisions du Parlement catalan soient souveraines », a-t-il lancé ce dimanche sous les applaudissements, quelques heures avant que l'Assemblée, à majorité indépendantiste, ne l'élise à la tête du gouvernement régional pour succéder à Artur Mas.

    Indépendance

    Puigdemont, brocardé par les non-nationalistes catalans, a dit qu’il mettrait « toute son énergie pour mener à bien la rupture avec l’Espagne ». Dans un premier temps, d’ici fin février, il va promulguer une loi pour modifier le statut de la sécurité sociale, qui verse les allocations chômage et les retraites, afin que cette sécurité sociale ne soit plus sous tutelle de l’Espagne mais sous celle de la Catalogne. Un affrontement sans merci avec Madrid et le reste du pays est assuré.

    Carles Puigdemont succède ainsi à Artur Mas qui, sous la pression de ses détracteurs, a renoncé samedi soir à briguer un nouveau mandat. Partisans et adversaires de Artur Mas s'affrontaient depuis cent jours. Le retrait de sa candidature de Artur Mas a permis la formation d'une large coalition de gouvernement, qui rassemble des conservateurs et la gauche anticapitaliste et éviter la tenue de nouvelles élections.  Les indépendantistes avaient remporté le 27 septembre la majorité absolue de 72 sièges sur 135 au Parlement régional, avec 47,8% des voix.

    C’est quand même une surprise parce que ce retrait de Artur Mas est effectué à la toute dernière minute lorsqu’il lui semblait impossible, ou en tout cas très difficile d’obtenir un accord pour qu’il soit de nouveau président ou en tout cas que son parti préside de nouveau la Catalogne. Donc c’est une surprise, mais en revanche, la personne choisie pour présider la Catalogne n’est pas un inconnu. Car Carles Puidgemont c’est le maire de Gérone, ville de 97 000 habitants. Il a conquis la municipalité après 32 ans de gouvernement socialiste en 2011, c’est-à-dire au moment où son parti perdait la ville de Barcelone. Il dirige l’association des municipalités pour l’indépendance depuis juillet 2015 et il a fondé la juvénile de CDC(Convergence démocratique de catalogne), le parti de Artur Mas.
    Cyril Trépier, professeur à l'Université Paris VIII, spécialiste du mouvement indépendantiste catalan 10/01/2016 - par Juliette Gheerbrant Écouter

    Des lunettes rectangulaires pour le côté studieux, un petit sourire timide en coin qui inspire la confiance, c’est sûr, Carles Puigdemont tranche avec l’apparence rigoriste et austère d’Artur Mas. Etudiant en philologie, puis journaliste, il est un indépendantiste de première heure. Il remporte la mairie de Gérone en 2011, une victoire symbolique, cela faisait 32 ans que la ville catalane était aux mains des socialistes.

    A la tête d'une région riche

    Avec ses 7,5 millions d'habitants, la Catalogne pèse un cinquième de la richesse de l'Espagne, grâce à une activité dynamique qui comprend les services, l'industrie, la construction et l'agriculture.

    Riche de son industrie automobile, chimique, énergétique ou métallurgique, la Catalogne est aussi la première destination touristique du pays. Le PIB par habitant catalan s'élève à 28 000 euros, soit plus que la moyenne européenne.

    La Catalogne est riche, mais se sent spoliée et ne veut plus contribuer au budget commun. L'indépendance lui épargnerait de payer sa part de la dette publique espagnole, mais ce serait vite oublier son propre sauvetage opéré en 2012 par Madrid. A ce jour, la région catalane est l'une des plus endettées du pays, et ses dépenses risquent encore de flamber.

    C'est, donc, tout un système économique de la Catalogne qui serait à repenser. Il faudra trouver de nouveaux marchés. Les banques craignent que la région soit exclue de l'Union européenne et de l'euro. L'accès aux crédits pour les entreprises et les particuliers pourrait devenir difficile, ainsi que le financement du jeune Etat sur les marchés.

    L’indépendance de la Catalogne n’est pas inéluctable, dans la mesure où si la situation change du côté catalan, elle ne change pas du côté du gouvernement espagnol, même si celui-ci doit encore être constitué. Les recours une fois le gouvernement central formé restent valables. C’est-à-dire, certes comme très souvent la saisine du Tribunal constitutionnel espagnol, mais aussi la possibilité, à l’extrême, d’utiliser l’article 155 de la Constitution qui donnerait au gouvernement central les commandes de la communauté autonome qui est la Catalogne. Et puis nouveauté récente, le projet de loi de sécurité nationale a été adopté et il permet, là aussi, sans contrôle parlementaire pour le gouvernement central espagnol de saisir les compétences d’une communauté autonome ne respectant pas ses obligations.
    L’indépendance de la Catalogne n’est pas inéluctable Cyril Trépier, professeur à l'Université Paris VIII, spécialiste du mouvement indépendantiste catalan 10/01/2016 - par Juliette Gheerbrant Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.