GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le torchon brûle entre Varsovie et Berlin

    media Le ministre polonais des Affaires étrangères Witold Waszczykowski, a convoqué l'ambassadeur d'Allemagne à Varsovie, le 11 janvier 2016, à cause «des déclarations anti-polonaises des hommes politiques allemands». REUTERS/Slawomir Kaminski /Agencja Gazeta

    Le ministre polonais des Affaires étrangères convoque ce lundi matin l'ambassadeur d'Allemagne en Pologne. La raison : les récentes « déclarations anti-polonaises d'hommes politiques allemands ». Martin Schulz, le président du Parlement européen, a notamment qualifié la Pologne de « démocratie à la Poutine ». Günther Oettinger, le Commissaire européen au Numérique veut quant à lui placer Varsovie sous surveillance. Ces derniers reprochent au nouveau gouvernement nationaliste polonais d'exercer un pouvoir totalitaire. Des critiques très peu goûtées à Varsovie.

    Avec notre correspondant a Varsovie, Damien Simonart

    Dans une lettre à Günther Oettinger, le ministre polonais de la Justice Zbigniew Ziobro lui répond que le terme « surveillance » venant de la bouche d'un Allemand rappelle aux Polonais leurs pires souvenirs. « Je suis le petit-fils d'un officier polonais qui a servi dans la résistance pour combattre la surveillance allemande », écrit Zbigniew Ziobro.

    D'autres députés du parti nationaliste Droit et Justice rappellent également la Seconde Guerre mondiale pour dire aux hommes politiques allemands qu'ils n'ont aucune leçon à donner à la Pologne en matière de démocratie.

    Accusés de prendre le contrôle des médias publics, les conservateurs polonais répondent à l'Allemagne qu'elle ferait mieux de protéger ses femmes contre les migrants plutôt que de se mêler des affaires de la Pologne. Une référence aux incidents du Nouvel An à Cologne que la police et la presse allemandes ont tenté d'étouffer.

    Le ministre polonais des Affaires étrangères Witold Waszczykowski a convoqué l'ambassadeur d'Allemagne en Pologne pour lui rappeler la position polonaise. Varsovie peut toutefois s'attendre à un retour de bâton dans les prochains jours à Bruxelles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.