GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Première apparition de l'infante Cristina pour un procès historique

    media La princesse d'Espagne Cristina, au tribunal de Palma de Mallorque, le 11 janvier 2016, dans le cadre d'un procès pour détournement de fonds. REUTERS/Cati Cladera/Pool

    Début d’un procès historique, ce lundi 11 janvier. Après six ans d’instruction, c’est enfin la tenue du procès qui juge 18 personnes, dont l’infante Cristina et son époux Iñaki Urdangarin, pour fraude fiscale et détournement de fonds public via les sociétés Noos et Aizoon. Les trois avocats de l’infante insistent pour qu'elle n’ait pas à s’assoir sur le banc des accusés.

    Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

    Traits tendus, le visage exagérément sérieux, l’allure d’un sphynx essayant au mieux de ne pas trahir ses émotions, c’est ainsi que l’infante Cristina est apparue devant les médias, parfaitement consciente que des millions d’yeux allaient scruter le moindre de ses rictus.

    Il faut dire que, pour elle et au-delà pour l’image de la famille royale, l’enjeu est de taille. Alors que l’instruction de ce procès énorme, qui a entamé la crédibilité de la monarchie, a commencé en 2010, il s’agit désormais pour les juges de répondre à cette question simple : l’infante Cristina a-t-elle, oui ou non, participé aux activités délictueuses de son mari Iñaki Urdangarin, accusé d’avoir détourné 2,6 millions d'euros de fonds public au profit de ses sociétés Noos et Aizoon.

    Si la soeur cadette du roi Philippe VI est innocentée, ce sera un grand soulagement pour toute la famille royale. Si dans le cas contraire, elle est condamnée en tant que complice pour fraude fiscale et détournement de fonds, l’image de la monarchie sera de nouveau écornée. Et ce, même si depuis deux ans, le roi fait son possible pour redorer le blason de l’institution.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.