GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 28 Novembre
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Attentat à Istanbul: le tourisme frappé en plein cœur

    media Sultanahmet, sur la rive occidentale du Bosphore, abrite les deux monuments les plus visités de Turquie : la basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue. REUTERS/Murad Sezer

    Une explosion a eu lieu ce mardi 12 janvier 2016 à Istanbul dans le quartier de Sultanahmet, un endroit hautement symbolique. Selon les autorités, l'attentat a été commis par un kamikaze syrien membre du groupe Etat islamique.

    La vie a repris à Sultanahmet. Une drôle d’ambiance règne. Sur la grande avenue de Divan Yolu, les commerçants redoutaient un drame. « On ne savait pas quand, mais on savait que quelque chose allait arriver », glisse un vendeur à notre correspondant, Alexandre Billette. « On a peur. Tout autour de la Turquie c’est la guerre. On n’est pas habitués, et là, on est en train de tout perdre. Les touristes veulent venir à Istanbul, et voilà ce qui arrive. C’est tragique. Et nous, il faut gagner notre vie, mais regardez, c’est désert maintenant », se désespère Ali, employé dans une boulangerie.

    Dix personnes, dont huit Allemands, sont mortes dans l’attentat qui a frappé ce mardi la vieille ville d’Istanbul. Sultanahmet est le cœur historique et touristique de la capitale économique turque. C’est là, sur la rive occidentale du Bosphore, que se dressent la basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue, les deux monuments les plus visités du pays.

    Déstabiliser l'économie

    La Turquie est depuis 25 ans le théâtre de nombreux attentats, dont le plus meurtrier est survenu à Ankara le 10 octobre dernier, faisant 103 morts. Cette fois, en ciblant Istanbul et les lieux touristiques, les jihadistes veulent déstabiliser tout un pan de l'économie turque. « Si c’est effectivement l’organisation Etat islamique qui est responsable de tous ces attentats, cela veut dire qu’il y a une capacité d’agir dans des contextes très différents en Turquie, mais un peu partout. Et cela, ça a de quoi affoler les touristes », analyse Dorothée Schmidt, spécialiste de la Turquie à l’Institut français de relations internationales (IFRI).

    Avec ses 40 millions de visiteurs, la Turquie était encore en 2014 la sixième destination mondiale. Un rang qu'elle ne pourra pas garder tant la fréquentation a chuté. Alors que le pays vient de perdre une grande partie de sa clientèle russe suite aux crispations diplomatiques entre Ankara et Moscou, ce nouvel attentat risque d’être un nouveau coup dur pour la Turquie. « Cet attentat va avoir un impact très important sur des clientèles qui étaient restées fidèles, notamment des clientèles allemandes ou du nord de l’Europe », prédit ainsi Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme.

    Après cet attentat, les chancelleries occidentales ont conseillé à leurs ressortissants d’éviter les lieux touristiques d’Istanbul. Le voyagiste allemand TUI a proposé à ses clients ayant prévu un voyage dans la capitale économique turque de l'annuler ou le modifier gratuitement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.