GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Attentat à Istanbul: les autorités évoquent une riposte massive

    media L'attentat a visé mardi 12 janvier un groupe de touristes allemands dans le quartier de Sultanahmet. REUTERS/Murad Sezer

    L'artillerie turque a bombardé « près de 500 positions » du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie en représailles à l'attentat suicide d’Istanbul, a annoncé jeudi le Premier ministre turc. L’attaque attribuée au mouvement jihadiste avait tué 10 touristes allemands, mardi 12 janvier, au coeur de la capitale.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

    Cinq cents positions ciblées par des obus, 200 combattants de Daech tués, dont des « leaders régionaux », selon l'expression d'Ahmet Davutoglu. Le Premier ministre a annoncé jeudi que la Turquie avait effectué ces frappes depuis 48 heures en guise de représailles contre l'attentat de Sultanahmet. « Nous allons punir toute attaque contre nos invités », a-t-il dit, en référence aux touristes, victimes de l'attaque kamikaze de mardi.

    Ahmet Davutoglu, qui a également quelques heures auparavant accusé la Russie de faire blocage et d'empêcher, en contrôlant le ciel syrien, de combattre efficacement l'organisation Etat islamique.

    Ce n'est pas la première fois qu'Ankara frappe Daech, mais l'ampleur de cette offensive, certes invérifiable, a surpris. Au même moment l'aviation turque a, elle, frappé des positions des rebelles kurdes du PKK dans le nord de l'Irak, comme pour rappeler que pour Ankara, malgré l'attaque d'Istanbul, la rébellion kurde et le groupe Etat islamique sont toujours sur un même pied.

    C’est du domaine du possible dans la mesure où la frontière entre la Turquie, la Syrie et l’Irak est extrêmement longue et que l’Etat islamique est sur une grande partie de la frontière
    Dominique Trinquet, ancien chef de la mission militaire française aux Nations unies 15/01/2016 - par Toufik Benaichouche Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.