GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Doug Jones a été élu sénateur de l'Alabama, mardi soir. Le démocrate l'emporte finalement avec 49,6% des suffrages devant son adversaire républicain, qui totalise 48,9% des voix. Grand favori il y a quelques semaines, Roy Moore s'est retrouvé au centre d'accusations d'abus sexuels sur mineures. Cette défaite est un revers politique majeur pour Donald Trump, qui avait maintenu son soutien à Roy Moore, lâché par plusieurs figures républicaines.

    Europe

    Suisse: les réfugiés contraints de participer aux frais d'asile

    media Les demandeurs d'asile en Suisse doivent remettre aux autorités tous les biens valant plus de 1000 francs suisses (913 euros) à leur arrivée sur le territoire helvétique. Getty Images/altrendo images

    L'attitude du Danemark spoliant les réfugies fait débat alors que la Suisse pratique des mesures similaires voire plus graves encore depuis des années. Les révélations de la presse locale font scandale.

    Avec  notre correspondant à Genève,  Laurent Mossu

    Aux termes de la loi en vigueur depuis de nombreuses années, les réfugiés sont contraints de participer aux frais d’asile en Suisse.

    Ils doivent ainsi remettre aux autorités toute somme supérieure à 1 000 francs suisses  - quelque 900 euros - en leur possession à leur arrivée dans le pays. L’argent leur est restitué s’ils quittent le territoire helvétique dans les sept mois. Sinon il est confisqué à tout jamais, censé compenser les dépenses occasionnées par leur séjour.

    Cette pratique fait d‘autant plus polémique qu’une taxe frappe de plus les réfugiés qui se sont intégrés et exercent une activité lucrative. Un prélèvement de 10% est effectué alors sur leur salaire.

    L’an dernier ce sont quelque 200 000 francs qui ont été perçus auprès des 112 réfugiés arrivés en Suisse avec leurs économies. Au-delà de ces sommes modiques, c’est le principe même de l’opération qui est débattu et divise l’opinion.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.