GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Bruxelles et Varsovie plaident pour un dialogue plus apaisé

    media Le président polonais Andrzej Duda (g) a trouvé, ce lundi, à Bruxelles, un allié sans faille et de poids dans le président du Conseil européen. Donald Tusk. REUTERS/Francois Lenoir

    A la veille d'un débat au Parlement européen, le ton s'adoucit entre Bruxelles et Varsovie. Après l'ouverture, la semaine dernière, d'une enquête préliminaire sur la réforme controversée du Tribunal constitutionnel polonais, le président Duda a longuement rencontré ce lundi son compatriote Donald Tusk, actuel président du Conseil européen. Les deux hommes ont manifestement trouvé un terrain d'entente et appelé au calme.

    De notre bureau à Bruxelles,

    Le président polonais Andrzej Duda a, comme on pouvait s'y attendre, rappelé l'engagement européen de son pays et la légitimité des décisions du nouveau gouvernement. Surtout, il a trouvé un allié sans faille et de poids dans le président du Conseil européen. Donald Tusk semble clairement estimer que son pays d'origine est en butte à des critiques injustifiées.

    A l'instar d'Andrzej Duda, Donald Tusk a même évoqué une sorte de propagande antipolonaise. Il a appelé à un examen des faits et à la fin des avis émis sous le coup de l'émotion. Il ne s'est pas permis de critiquer la décision de la Commission européenne d'ouvrir une procédure de dialogue renforcé au sujet du Tribunal constitutionnel et des médias publics polonais, mais il affirme qu'au Conseil des 28 Etats membres, il n'y aura pas de débat entre les 28, en tout cas pas pour l'instant.

    Le Premier ministre Beata Szydlo est attendu ce mardi à Strasbourg pour défendre la position polonaise et si le Parlement est très remonté, Beata Szydlo sait donc désormais que son pays dispose d'un allié indéfectible au sein du Conseil européen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.