GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Cameron veut aider les musulmanes qui s'installent au Royaume-Uni

    media Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé des mesures pour aider les femmes musulmanes à apprendre l'anglais et pour lutter contre les discriminations. Reuters

    Le Premier ministre britannique veut rompre l’isolement des femmes musulmanes en favorisant l’apprentissage de l’anglais. Pour David Cameron leur manque d’intégration favorise l’extrémisme et la radicalisation mais son approche est déjà sous le feu des critiques.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Dans une tribune publiée dans le quotidien The Times, David Cameron appelle à « affronter les comportements rétrogrades de certains hommes musulmans qui exercent un contrôle préjudiciable sur les femmes de leur famille ». D’où le lancement d’un fonds de 26 millions d’euros pour améliorer la connaissance de l’anglais de nombreuses musulmanes alors que selon de nouvelles statistiques, 22% d’entre elles parlent peu ou pas du tout l'anglais.

    Cette mesure sera accompagnée d’un réexamen du rôle des tribunaux islamiques qui appliquent la charia. Le Premier ministre estime qu’il est temps pour la société britannique d’« abandonner sa tolérance passive et de mettre en avant ses valeurs libérales » et que ce changement d’attitude pourrait aider à combattre la radicalisation.

    Mais ce lien établi entre la maîtrise de la langue et l’extrémisme a d’ores et déjà provoqué de nombreuses critiques. Pour certains ce raccourci risque d’accroître les tensions inter-communautaires. De son côté l’ancienne ministre conservatrice Sayeeda Warsi a critiqué le fait que cette initiative fasse partie d’une stratégie anti-terroriste : « Pourquoi n’accorder qu’aux femmes musulmanes l’opportunité d’apprendre l’anglais. Toutes les femmes devraient pouvoir apprendre l’anglais, un point c’est tout ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.