GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Au Danemark, la confiscation des biens des réfugiés se précise

    media Malgré les critiques des institutions internationales, Copenhague est bien décidé à adopter des mesures pour stopper l'afflux des réfugiés. Reuters

    Le Danemark étudie ce jeudi 21 janvier l'examen parlementaire de sa réforme du droit d'asile. Malgré les critiques des institutions internationales, Copenhague est bien décidé à adopter des mesures pour diminuer l'afflux des réfugiés. La confiscation des effets de valeur des migrants à leur arrivée, volet emblématique de la réforme, a concentré l'essentiel des indignations. Mais d'autres articles sur les conditions de séjour et le regroupement familial font également polémique.

    De notre correspondante à CopenhagueSun Shim Courrier

    Si la loi danoise passe, les policiers seront autorisés à fouiller les bagages des migrants et à leur confisquer leur argent et leurs objets de valeur. Car le gouvernement danois estime que si un réfugié possède plus de 10 000 couronnes en liquide, soit plus de 1 300 euros, c'est qu'il peut financer lui-même son séjour dans le pays.

    Une logique que Zohra, une jeune maman afghane, connaît désormais. Elle est demandeuse d'asile au Danemark depuis un an et demi. Elle et son fils vivent dans le centre ouvert de Sandholm, à une demi-heure de route de Copenhague. Son bébé emmitouflé, dans les bras, elle explique comment en octobre dernier, elle a entendu parler pour la première fois de cette proposition de loi.

    « Quand la police a vu l'argent dans nos bagages, elle nous a dit qu'elle allait bientôt devoir le prendre parce que ce n'était pas autorisés d'avoir autant d'argent quand on est réfugiés. Ils font des lois très strictes ici pour empêcher les réfugiés de venir au Danemark », estime-t-elle.

    15 000 euros, c'est la somme que Zohra a dans ses bagages. Avec ça, la jeune femme espère commencer une nouvelle vie. Mais la nouvelle loi concerne aussi les bijoux et les objets sans valeur sentimentale.

    Modifications et tollé à l'étranger

    La proposition de loi a été modifiée plusieurs fois pour que les sociaux-démocrates, dans l'opposition, soutiennent le projet. De 400 euros, la limite est passée à 1 300 euros. Et la nouvelle loi ne concerne désormais plus les objets qui ont une valeur sentimentale. Mais peu importe, la nouvelle a provoqué un véritable tollé dans la presse étrangère, où on compare la méthode à celles de l'Allemagne nazie.

    Mais il y en a aussi ici qui émettent des réserves. Le chef du syndicat de police, par exemple, Claus Oxfeldt, a déclaré sur TV2 que ce projet serait impossible à mettre en œuvre. Il a ajouté qu'estimer la valeur des objets ne faisait pas partie des compétences de la police.

    Ce projet de loi fait partie d'un ensemble de 34 propositions. Parmi elles, le regroupement familial qui passe de un à trois ans. Et le permis de résidence pour les réfugiés et reconnu en tant que tel par la Convention des Nations unies passe de cinq à deux ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.