GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: un camp rouvert pour les migrants bloqués au cœur de l'hiver

    media Le camp situé à la frontière a été rouvert exceptionnellement pour permettre aux migrants de dormir sur place dans de meilleures conditions. AFP / SAKIS MITROLIDIS

    La frontière gréco-macédonienne est fermée aux migrants depuis l’après-midi du 19 janvier. Plus de 600 personnes attendent de pouvoir passer côté grec. Le camp d'Idomeni, situé à la frontière côté grec, a été rouvert exceptionnellement pour leur permettre de dormir sur place dans de meilleures conditions, alors que la température extérieure a encore atteint - 10°C la nuit dernière.

    Avec nos correspondants dans la région,  Charlotte Stiévenard  et  Laurent Geslin

    C'est l'hiver. A la frontière entre Macédoine et Grèce, ces dernières nuits, les températures sont très négatives. Mais les autorités macédoniennes ont décidé de fermer la frontière le 19 janvier, bloquant sur place plus de 600 personnes souhaitant emprunter la route des Balkans. Depuis novembre déjà, les autorités de Skopje refusaient l'entrée sur leur territoire aux migrants considérés comme économique, n'acceptant de fait que les Afghans, les Irakiens et les Syriens sur le corridor humanitaire.

    Face à cette situation, les organisations non gouvernementales présentes à la frontière entre la Grèce et cette ancienne république yougoslave en avaient fait une priorité : obtenir la réouverture du camp d'Idomeni, quelques grandes tentes chauffées pouvant accueillir côté grec des centaines de personnes, avec sanitaires et soins médicaux. Il y a quelque temps, les restrictions à la frontière avaient créé des tensions dans le camp, et le gouvernement grec l'avait finalement fait évacuer. Depuis, Athènes cherchait à éviter sa réouverture.

    Ces dernières semaines, les migrants attendaient ainsi de pouvoir passer en Macédoine parfois toute la nuit dehors, ou dans des bus non chauffés à quelques kilomètres de la frontière, sans infrastructures pour les abriter. La situation était dénoncée par des ONG comme Médecins sans frontières (MSF), qui avait contribué à établir le camp d'Idomeni. Athènes a donc finalement cédé, et selon l'agence de presse grecque, qui cite une source du ministère de l'Immigration, le camp restera ouvert aussi longtemps que nécessaire.

    Si la situation devait perdurer...

    Selon la Macédoine, l'actuelle fermeture de la frontière n'est que temporaire, due à une panne sur la voie ferrée slovène qui permet habituellement, plus au nord, de transporter des migrants depuis la Croatie jusqu'à la frontière autrichienne. Depuis que Skopje a restreint l'accès aux réfugiés venant de pays en guerre, les passeurs se sont enrichis : dans le nord de la Macédoine, un faux passeport syrien ou autre coûte entre 3 000 et 6 000 euros.

    Le blocage actuel intervient alors que l'Europe semble décidée à freiner le flux des migrants. Les pays de l'Union européenne ont annoncé qu'ils se donnaient deux mois pour l'endiguer. Dans le même temps, MSF a dénoncé l'action de l'UE et des membres qui, selon l'ONG, a grandement aggravé la crise en échouant « lamentablement » à prendre ses responsabilités.

    L'exode auquel l'Europe assiste a déjà jeté plus d'un million de personnes sur les routes. Sur le terrain, si les flux continuent d'arriver et que la fermeture se prolonge à la frontière gréco-macédonienne, les conditions sanitaires pourraient rapidement se dégrader et poser une question humanitaire encore plus problématique tant aux dirigeants grecs qu'aux dirigeants macédoniens ou à ceux de l'UE.

    Alain Lamassoure, député européen, membre du groupe Parti populaire européen (PPE) 21/01/2016 - par Béatrice Leveillé Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.