GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Affaire Litvinenko: la Russie furieuse contre la Grande-Bretagne

    media Selon les conclusions du juge britannique, le président russe Vladimir Poutine est impliqué dans la mort d'Alexandre Litvinenko. REUTERS/Aleksey Nikolskyi/Sputnik/Kremlin

    Les accusations de la justice britannique portées jeudi à l’encontre du président russe Vladimir Poutine dans l’enquête sur le meurtre d’Alexandre Litvinenko ont enflammé les relations entre la Russie et la Grande-Bretagne. Vingt-quatre heures après l’éclatement de l’affaire, qu’en dit-on vendredi matin à Moscou ?

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    Le torchon brûle depuis jeudi entre la Grande-Bretagne et la Russie. En cause, le rapport remis par le juge britannique en charge de l'enquête sur l'affaire Litvinenko, cet ancien agent du KGB assassiné à Londres en 2006.

    Un document dans lequel le magistrat ne prend aucun gant. Selon ses conclusions, Alexandre Litvinenko a été empoisonné par deux agents des services secrets russes. L’opération a été sans doute « approuvée par le président Poutine » en personne.

    La publication du document a bien sûr immédiatement provoqué une cascade de réactions. Le Premier ministre David Cameron condamne un meurtre « commandité par un Etat ». Côté russe, on ne cache pas sa colère. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov parlait jeudi d'une « blague ».

    « Au bord d'une nouvelle guerre froide »

    Vingt-quatre heures après l'éclatement de l'affaire, le point de vue russe peut être résumé par ce titre de la télé locale vendredi : « Affaire Livinenko, la Russie et la Grande-Bretagne au bord d’une nouvelle guerre froide ». La presse russe dans son ensemble s’attend à des mesures de rétorsion de la part de Londres.

    En revanche, elle n’évoque aucune décision qui pourrait être prise par Moscou. La ligne officielle russe est que l’investigation britannique est partiale et opaque. Le rapport est « basé sur les informations confidentielles de services secrets non identifiés », argue Dmitri Peskov.

    Cette forme particulière d'enquête, n'est pas et n'a jamais été , contrairement à son titre, ni ouverte, ni transparente, que ce soit pour la partie russe, ou pour la société britannique.
    Maria Zakharova porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères 22/01/2016 - par Muriel Pomponne Écouter

    Pour la diplomatie russe, la Grande-Bretagne a un objectif politique, celui de « de salir la Russie et ses dirigeants ». Le comité d’enquête russe, sorte de super parquet, pointe une procédure opaque, qui a quitté depuis longtemps le domaine pénal et juridique pour entrer dans la sphère du politique.

    Cette instance mène sa propre investigation dans laquelle Andreï Lougovoï et Dimitri Kovtoune, les deux agents accusés d'avoir empoisonné Alexandre Litvinenko, sont présentés comme des victimes. Andreï Lougovoï qualifie les accusations contre lui d’« absurde » et Dimitri Kovtoune parle lui de « preuves fabriquées ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.