GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Moldavie: nuit de tension et de manifestation contre le gouvernement

    media Des manifestants protestant devant le Parlement moldave, le 21 janvier 2016 à Chisinau. REUTERS/Viktor Dimitrov

    La situation demeure tendue en Moldavie. Environ 10 000 personnes ont passé la nuit de jeudi à vendredi devant le Parlement pour protester contre le gouvernement investi dans le plus grand secret et déjà taxé de corruption.

    Avec notre correspondant dans la région,  Sébastien Gobert

    La colère des manifestants ne s’apaise pas dans le centre-ville de Chisinau, la capitale moldave. La nuit de jeudi à vendredi s’est toutefois passée dans le calme, alors que de violents face-à-face avec la police étaient à redouter. Mais la situation reste confuse. Une partie des forces de l’ordre a sympathisé jeudi avec les protestataires.

    Ceux-ci forment un amalgame de mouvements pro-européens, pro-russes et avant tout anti-gouvernementaux. Ils exigent un scrutin anticipé et une réforme constitutionnelle qui permettrait une élection du président au suffrage universel, ainsi que la possibilité de poursuivre en justice les députés accusés de corruption.

    Un milliard de dollars d'argent public disparu

    Il faut rappeler que la coalition au pouvoir, qui se dit en faveur de l’intégration de la Moldavie dans l’Union européenne, est responsable de la disparition de près d'un milliard de dollars d’argent public, soit un tiers du PIB du pays le plus pauvre d’Europe.

    Le tout nouveau gouvernement, dont l’institution le 20 janvier dernier a initié cette crise, ne semble pas être prêt à résoudre ces problèmes structurels. Il fait pour l’instant la sourde oreille aux protestations de la rue, qui devraient se prolonger ce vendredi et s’amplifier ce week-end.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.