GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Migrants: en Sicile, les «hotspots» décriés par les associations

    media Des migrants secourus par des garde-côtes suédois dans le port de Palerme, en août 2015. AFP PHOTO / MARCELLO PATERNOSTRO

    Mis en place par l'Union européenne pour faciliter l'identification et la relocalisation des migrants, les «hotspots» sont vivement critiqués par les associations sur place.

    Avec notre correspondante à Palerme, Cécile Debarge

    Le premier objectif des centres de triage et d'identification est de distinguer dès leur arrivée les réfugiés : les Erythréens, les Syriens et les Irakiens, et tous les autres, considérés comme des migrants économiques et qui doivent quitter le territoire sous sept jours.

    Une distinction artificielle, dénonce Mariarosa Rago de l'association d'aide aux migrants Palerme sans frontières. « Très souvent, ces expulsions ne se font pas du tout vers des pays où l'on devrait renvoyer les gens, ce sont des pays où les migrants vivent des situations de guerre civile, de terrorisme, d'assassinats et d'homicides qui ne sont jamais condamnés, et que les migrants fuient par désespoir absolu », fait-elle valoir.

    Les réfugiés, eux, sont contraints de donner leurs empreintes digitales afin de les intégrer au dispositif de réinstallation qui prévoit leur répartition dans toute l'Union européenne. Or, ils savent déjà bien souvent dans quel pays ils veulent aller. « Ils ne veulent pas être réinstallés dans un pays que quelqu'un d'autre a choisi pour eux, car bien souvent, ils ont déjà de la famille ou des amis qui les attendant dans un pays bien précis. Et c'est pour cette raison que beaucoup d'entre eux refusent de donner leurs empreintes digitales », explique encore Mariarosa Rago.

    En Italie, trois des six « hotspots » prévus sont déjà actifs. Le dernier en date, celui de Pozzallo, en Sicile, a été inauguré mercredi.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.