GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Moldavie: la colère du peuple contre le gouvernement

    media Des manifestants protestant devant le Parlement moldave, le 21 janvier 2016 à Chisinau. REUTERS/Viktor Dimitrov

    En Moldavie, la crise politique ne perd pas en intensité depuis l’investiture, mercredi 20 janvier, d’un gouvernement impopulaire et corrompu. Le vote avait déclenché des émeutes aux abords du Parlement et dans le centre de la capitale. Mais la crise pourrait connaître une journée décisive ce dimanche 24 janvier, alors que l’on attend des dizaines de milliers de personnes dans le centre de Chisinau.

    Alors que des manifestations ont eu lieu dans le quartier gouvernemental le vendredi 22 janvier entre le Cabinet des ministres et le Parlement, le lendemain rien n’est organisé, rapporte notre envoyé spécial à Chisinau, Sébastien Gobert.

    L’objectif est de prendre le temps de mobiliser les participants dans les régions de la Moldavie. Une ligne commune doit être définie au sein du mouvement, composé de socialistes, d’oligarques postcommunistes et de représentants de la société civile. Personne ici ne semble savoir à quoi il peut aboutir.

    Les protestataires réclament avant tout des élections anticipées et la fin du système de corruption généralisée qui gangrène la Moldavie. 13% d’inflation, 20% de dévaluation de la monnaie nationale, des difficultés pour payer les salaires des fonctionnaires.

    La Moldavie traverse une crise économique d’autant plus difficile qu’elle est liée à la domination sans partage d’un oligarque, Vladimir Plahotniuc, sur tous les secteurs de l’économie. Il entretient un système de clientélisme et de morosité économique dramatique. L’intégration européenne du pays que la coalition au pouvoir assure défendre ne serait qu’une couverture de façade. « La société est très polarisée, en particulier contre la corruption et contre Vladimir Plahotniuc, explique Oazu Nantoi, politologue et militant civique. Celui-ci est le symbole du récent détournement d’un milliard de dollars d’argent public. Il a organisé la capture de l’Etat. »

    « Une crise morale très profonde »

    De la justice à la police en passant par l’énergie et les médias, Vladimir Plahotniuc est omniprésent en Moldavie. Il est aussi la personnalité politique la moins populaire du pays.

    Dans un contexte économique et géopolitique très complexe, la Moldavie est comme paralysée, en quête de stabilité et de soutien financier. « En premier lieu, il s’agit d’une crise morale très profonde. Les citoyens de la jeune République de Moldavie sont naïfs et ont une culture civique très faible », poursuit Oazu Nantoi.

    Les protestations gouvernementales demeurent modérées et dominées par des adversaires de Vladimir Plahotniuc, qui chercheraient à accéder au pouvoir pour perpétuer le système oligarchique. Aucune force politique alternative, représentante de la société civile, ne parvient à s’imposer pour l’instant.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.