GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Août
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Aujourd'hui
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Belgique: des formations pour détecter la radicalisation

    media Intervention de la police belge dans le quartier de Molenbeek, foyer de la radicalisation, le 16 novembre 2015, trois jours après les attentats à Paris. DIRK WAEM/BELGA/AFP

    La Belgique, d'où sont originaires la majorité des suspects des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, a désormais mis en place des politiques de prévention du radicalisme sur son territoire. Les employés de l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile, Fedasil, vont être formés à la « détection en radicalisation ». L’objectif est de traquer de potentiels radicaux parmi les migrants.

    Avec notre correspondante à Bruxelles, Laxmi Lota

    Difficile de détecter la radicalisation qui est un long processus, explique le formateur. Pour le coordinateur de la cellule de prévention du radicalisme de la ville de Bruxelles, qui souhaite rester anonyme pour des raisons de sécurité, la formation permet de repérer les personnes vulnérables.

    « La plupart des personnes qui quittent une zone de conflit, le font avec des risques personnels très importants, dit-il. Elles vivent un réel déracinement, elles perdent leurs repères et cette perte de repères peut être fragilisante. Les personnes qui aujourd’hui opèrent dans le cadre d’organisations terroristes et qui visent à recruter des personnes justement ciblent des personnes qui sont fragilisées ».

    Il ne s'agit pas de stigmatiser les migrants, selon le formateur, mais le risque de radicalisation au sein de cette population est possible. « Il semblerait qu’au moins une personne ait instrumentalisé son statut de migrant pour pouvoir commettre des actes violents en Europe. Le risque existe, mais il faut aussi pouvoir le gérer sans stigmatiser une population qui en grande majorité n’est certainement pas une menace. »

    Psychologues, animateurs, éducateurs... En tout, 900 employés de l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile, Fedasil, suivront cette formation à partir du mois prochain.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.