GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Formation d'un gouvernement en Espagne: le PSOE sous pression

    media Le chef du PSOE doit choisir si son parti va former un gouvernement de coalition avec Podemos qui réclame des garanties importantes. REUTERS/Sergio Perez

    La situation politique reste très compliquée en Espagne. Le chef du gouvernement sortant, le conservateur Mariano Rajoy, s'est provisoirement retiré, voyant qu'il n'a pas de majorité. Il attend de voir si un « front de gauche » se constitue après que Podemos a proposé aux socialistes un gouvernement de coalition. La balle est donc dans le camp des socialistes, un camp divisé.

    Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

    Le leader socialiste, le fougueux Pedro Sanchez, est sous pression. Les indignés de Podemos, révélation des législatives du 20 décembre, lui ont offert la possibilité d'une coalition pour gouverner l'Espagne de façon stable. Mais le prix à payer est élevé : Podemos exige la vice-présidence du futur exécutif, plusieurs ministères clés, et un dialogue avec les indépendantistes catalans.

    → A (re)lire : Espagne: Rajoy renonce à former un gouvernement

    Résultat, le socialiste Pedro Sanchez est dans une situation très épineuse : il souhaite aussi un front de gauche, mais pas selon les conditions de Podemos. Sans compter le fait qu'il se heurte à des barons et des anciens dirigeants de son parti qui estiment que Podemos cherche à les diviser, à les humilier.

    L'offre des Indignés est un cadeau empoisonné, affirme un ancien leader socialiste. « Ils cherchent à nous anéantir, c'est tout », assure-t-il. Conclusion : Pedro Sanchez se trouve face à un dilemme. Soit il accepte l'alliance avec Podemos et prend le risque d'en être l'otage, soit il refuse et alors il sera tenu responsable de l'instabilité du pays.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.