GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'Inde annonce avoir mené des «frappes chirurgicales» au Cachemire. «Des équipes de terroristes s'étaient positionnées dans des bases le long de la Ligne de contrôle pour rentrer clandestinement et perpétrer des attaques terroristes (en Inde). L'armée indienne a mené des frappes chirurgicales la nuit dernière» contre ces positions, a déclaré un haut responsable de l'armée indienne à New Delhi. Ces frappes ont fait «un nombre significatif de victimes», selon lui. «Les troupes pakistanaises ont répondu à des tirs indiens non provoqués sur la Ligne de contrôle», a pour sa part indiqué l'armée pakistanaise dans un communiqué, précisant que les échanges de feu ont duré entre 02h30 et 08h00 du matin et ont coûté la vie à deux soldats pakistanais.

    Europe

    Hongrie: manifestation contre le projet antiterroriste du gouvernement

    media Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le 25 septembre 2015, à Vienne en Autriche. REUTERS/Heinz-Peter Bader

    Après les Polonais descendus par milliers dans la rue samedi pour défendre la démocratie, ce dimanche les Hongrois ont protesté contre une modification de la Constitution proposée par le gouvernement nationaliste de Viktor Orban. Un projet qui lui permettait d’instaurer l’état d’urgence sans aucun contrôle. La loi n’est pas encore votée car le parti de droite de Viktor Orban a besoin de la majorité des 2/3, or il lui manque 2 voix (il a perdu 2 sièges lors d’élections partielles). Mais Il est en train de négocier avec le parti d’extrême droite Jobbik, principale formation d’opposition. D’où l’inquiétude de deux petits partis d’opposition, de gauche et du centre, qui appelaient à manifester.

    Avec notre correspondante à BudapestFlorence La Bruyère

    Fermeture des frontières, interdiction des rassemblements et contrôle des médias, y compris Internet. Ce sont quelques-unes des mesures de l’état d’urgence que Viktor Orban veut inscrire dans la Constitution. Il lui suffirait d’invoquer un « danger terroriste » sans critère précis.

    Tibor Szüdi, juriste retraité, est scandalisé : « C’est la fin de la Hongrie ! Notre gouvernement commence à ressembler à une junte d’Amérique du Sud ».

    Le parti de Viktor Orban n’a plus la majorité des 2/3 requise pour modifier la Constitution. Mais il peut trouver une solution. Lajos Bokros, président du parti libéral la Hongrie moderne, craint la corruption : « Le danger est qu’ils peuvent acheter des députés, ça leur donnerait les voix nécessaires pour faire passer la loi. »

    Cela fait 6 ans que le gouvernement de Viktor Orban démantèle la démocratie. Mais l’Union européenne n’a jamais pris de sanctions. Ce que déplore Agnès, bibliothécaire à Budapest : « L’Union européenne n’a pas vu le danger, et puis la Hongrie est un petit pays. Mais avec la Pologne, c’est différent. Maintenant l’Europe de l’Ouest comprend que c’est une tendance dangereuse. »

    Il y a quatre ans, des dizaines de milliers de Hongrois protestaient contre leur gouvernement. Aujourd’hui, ils sont fatigués et ne croient plus au changement. Ils étaient moins de 2000 à manifester ce dimanche.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.