GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    France: deuxième baisse consécutive du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A en avril : -19.900 à 3,51 millions (ministère)
    Dernières infos
    Europe

    Macédoine: le pays ferme ses frontières aux migrants «économiques»

    media A la frontière entre la Macédoine et la Grèce, le vendredi 21 août 2015. REUTERS/Ognen Teofilovski

    Depuis le 18 novembre dernier, seuls les réfugiés issus de pays en guerre (Afghanistan, Irak, Syrie) ont le droit de transiter en Macédoine, bloquant les autres migrants considérés comme « économiques ». Dans le nord de la Grèce, un juteux trafic s'est rapidement mis en place pour traverser la frontière.

    Avec notre correspondant à Eidomeni,  Laurent Geslin

    Ils sont une dizaine à grelotter dans les ruines d'un hôtel désaffecté, à proximité de la dernière station-service avant la Macédoine. Ils viennent du Maroc ou de Tunisie, ils sont sur les routes depuis des semaines.

    Chaque soir, une fois l'obscurité venue, tous tentent de forcer les barbelés qui défendent la frontière macédonienne. Certains portent des séquelles de coups.

    « J'ai essayé de passer par la forêt. Même pas 200 mètres, 300 mètres, tu es en Macédoine. Ils t'arrêtent pour te frapper. C'est comme cela, ils profitent, chacun profite ici des migrants. Même la nourriture, les magasins, les hôtels… », a expliqué Mohammed.

    ■ A lire : Bloqués à la frontière de Macédoine, des migrants rebroussent chemin

    Dans le nord de la Grèce, les passeurs ne se cachent pas : les tarifs sont connus de tous.

    « Jusqu'à ici, on a payé 700 euros pour partir jusqu'à Belgrade, à la Serbie », a détaillé Karim, qui a quitté l’Algérie en novembre.

    Les portes de l'Europe sont en train de se fermer les unes après les autres. Pas de quoi décourager les candidats à l'exil. Mohammed, Karim et les autres le répètent pour se donner du courage : ils sont prêts à risquer leur vie pour passer.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.