GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Portugal: le conservateur Rebelo de Sousa élu président haut la main

    media Le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa était le grand favori de l'élection présidentielle au Portugal. REUTERS/Rafael Marchante

    Sans surprise, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, 67 ans, professeur de droit et commentateur vedette à la télévision, est arrivé dimanche soir largement en tête du scrutin et est élu dès le premier tour. Il est crédité de 52,99% des suffrages devançant nettement son principal rival, l'indépendant de gauche Antonio Sampaio da Novoa, qui obtient 22,01% des voix. La fonction est plutôt honorifique, mais le président du Portugal dispose du droit de dissoudre le Parlement.

    Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

    Marcelo Rebelo de Sousa gagne sans équivoque et dès le premier tour la présidentielle. La gauche divisée n’a pas pu contraindre le favori du scrutin à disputer un second tour.

    Marcelo Rebelo de Sousa, officiellement indépendant mais proche de la droite traditionnelle, entame aujourd’hui un cycle de cohabitation avec un gouvernement socialiste. Une cohabitation qui comprend un certain nombre de risques pour les socialistes au gouvernement. Leur alliance avec l’extrême gauche qui leur permet de gouverner est fragile, limitée par des convictions idéologiques différentes.

    Cohabitation à haut risque

    Le nouveau président de la République portugaise qui se veut au-dessus des partis a le pouvoir de dissoudre l’Assemblée et de renverser le gouvernement, si d’aventure l’alliance à gauche était rompue. Au grand dam des ténors de la droite, il n'entend pas user de son pouvoir dès son arrivée.

    Marcelo Rebelo de Sousa joue l’apaisement et se dit capable de représenter tous les Portugais. Beaucoup en doutent, on sait l’homme excentrique et capable de suivre sa propre idée. « Marcelo », comme l’appellent familièrement les Portugais, est un brillant homme politique, un tacticien hors pair qui n’avait jamais réussi encore à atteindre les plus hautes marches du pouvoir. Il tient sa revanche et la cohabitation qui débute pourra réserver des surprises.

    Etudiant brillant à la faculté de droit de Lisbonne, Marcelo Rebelo de Sousa entame sa carrière académique, politique et journalistique sous la dictature, mais en se rapprochant des milieux les plus modérés du régime.

    Commentateur vedette

    Chroniqueur redouté qui entretient des rapports crispés avec la censure à l’hebdomadaire Expresso, il devient député à l’Assemblée constituante à l’avènement de la démocratie. Ministre des Affaires parlementaires, puis président du Parti social-démocrate pendant quatre ans, il devient populaire au-delà de son camp politique en tant que commentateur vedette à la télévision.

    Marcelo Rebelo de Sousa a mené une campagne électorale très personnalisée, sans affiches ni tracts, privilégiant le contact direct avec les électeurs. Marcelo Rebelo de Sousa est divorcé et père de deux enfants.

    → A lire aussi : Portugal: le «professeur Marcelo» aux portes du pouvoir

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.