GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Cameron défend le montant des arriérés fiscaux demandés à Google

    media «Aucun gouvernement n'en a fait plus que le nôtre pour lutter contre l'évasion fiscale», a affirmé David Cameron au Parlement. REUTERS/Suzanne Plunkett

    Le Premier ministre britannique David Cameron a défendu l'accord annoncé la semaine dernière avec Google sur les arriérés d'impôts du géant américain au Royaume-Uni. Accusé d'avoir obtenu une somme dérisoire, David Cameron répond que les conservateurs ont fait plus que n'importe quel autre gouvernement contre l'évasion fiscale.

    Avec notre correspondant à Londres,  Muriel Delcroix

    Annoncé triomphalement par le ministre des Finances Georges Osborne, l'accord conclu avec Google fait depuis l'objet des moqueries et sarcasmes au Royaume-Uni.

    Le géant de l'internet américain a finalement accepté de payer quelque 170 millions d'euros après une enquête de six ans menée par le fisc britannique. Mais l'opposition travailliste dénonce un très mauvais accord qui revient à un taux d'imposition de seulement 3%, alors que Google a réalisé près de 8 milliards d'euros de bénéfices en Grande Bretagne.

    Pris à partie à la chambre des Communes par Jeremy Corbyn, le dirigeant du Labour, David Cameron s'est empressé de rejeter la faute sur le parti travailliste au pouvoir jusqu'en 2010 : « Soyons clair, il s'agit d'impôts qui auraient dû être levés sous un gouvernement Labour mais qui sont finalement récoltés par un gouvernement conservateur », s'est défendu le Premier ministre.

    Mais cet accord tardif est critiqué jusque dans les rangs conservateurs et Boris Johnson, le maire de Londres, a qualifié la somme de dérisoire alors que l'Italie et la France s'apprêteraient à obtenir de meilleurs accords avec Google.

    Les travaillistes, qui n'entendent pas lâcher l'affaire, accusent le gouvernement de privilégier les grosses multinationales par rapport aux contribuables britanniques et demandent que le bureau d'audit national enquête sur la façon dont l'accord a été négocié.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.